Marques de voiture chinoise – les constructeurs

Les marques automobiles chinoise et l’industrie automobile

Marques de voiture chinoise

Non ce n’est pas une blague il y a en Chine plus de 80 marques de voiture chinoise, et c’est sans compter les marques automobiles étrangères. Cela fait beaucoup de marques de voiture pour un pays certes, grand, mais ou le marché n’est pas encore mature.

BRILLIANCE AUTO

http://www.brillianceauto.com/

Brilliance Auto (Shenyang Huachen Jinbei) créée en 1991 sous le nom de Shenyang Jinbei Minibus a changé de nom en 2003.
Brilliance est côtée à l’étranger et a été introduite en bourse de New York en Octobre 1992.
Brilliance est le premier constructeur chinois d’automobiles à lancer la distribution et les ventes de ses berlines en Europe.
Mars 2003, Brilliance Automotive signe avec BMW un accord de joint-venture à parts égales à Beijing appellée Brilliance-BMW Automobile.
Brilliance fabrique en plus de ses fameux minibus JinBei et berline Zhonghua des BMW série 3 et 5 sous licence.

BYD AUTO

http://www.bydauto.com.cn/

BYD Auto est est un constructeur automobile basé à Xi’an et créé en 1995. Auparavant appelée Qinchuan, la firme a sorti une version de la Suzuki Alto appelée la Qinchuan QCJ 7080.
La firme fabriquant depuis ses origines des batteries de téléphones portables a été rachetée par BYD Company Limited en 2003, année où elle est devenue le deuxième plus grand fabriquant de batteries au monde.
La première voiture à être lancée par BYD auto est une petite voiture économique apelée « Flyer ».
Les centres de production, technique et commercial de la firme pour toute la Chine sont basés à Shenzhen près de Hong Kong. On y fabrique entre autre dess écrans LCD pour téléphones mobiles ; et depuis 2004 une usine d’assemblage y a été installée.
En 2003, BYD a fabriqué près de 15% de la production mondiale des batteries au lithium pour téléphone portable et 40% des batteries au Nickel-Cadmium.
En février 2007, BYD et HIPOGEST GROUP, le plus grand concessionnaire automobile au Portugal ont signé un accord pour importer en europe des F3, une voiture berline.

CHANGAN AUTOMOBILE

http://www.changan.com.cn

ChangAn est une entreprise aux origines militaires. Constituée en 1862, dans la ville de Songjiang (Shanghai), puis déplacée à Nanjing lors de la guerre sino-japonaise, et enfin pris racine à Chongqing.
ChangAn est le nom antique de la ville de Xi’an (cité impériale de l’antiquité chinoise).
ChangAn a fait son entrée dans l’industrie automobile en 1957 et a produit la première jeep, Appelée fleuve Yang Tsé.
ChangAn a été officiellement rebaptisé ChangAn Auto Co. Ltd en 1997 après avoir fusionné avec l’usine de Jialing en 1995.
Le groupe a entamé une coopération technique et commerciale avec la société japonaise Suzuki en 1984 pour produire de façon conjointe les petits monospaces ChangAn et les moteurs Jiangling.
ChangAn est un groupe à croissance rapide. Il possède trois usines de production dans le sud-ouest, l’est et le nord de la Chine. Plusieurs sites ont été réalisés en co-entreprises avec les plus grands constructeurs internationaux tels que Ford, Mazda et Suzuki.
ChangAn se place parmi les 20 premiers constructeurs mondiaux.
ChangAn est aussi une joit-venture de Ford.

CHANGFENG AUTOMOBILE

http://www.cfmotors.com

Changfeng Automobile est une marque de voiture chinoise créé en 1950. C’est une compagnie d’Etat qui était une filiale de l’Armée Populaire de Libération construisant essentiellement des camions militaires.
Changfeng Automobile a été réorganisé en octobre 1996.
Depuis juin 2004, Sa filiale Hunan Changfeng Motor est côtée à la bourse de Shanghai.
Les filiales les plus importantes du groupe sont Hunan Changfeng Motor, Hunan Changfeng Motor Sofa Limited Company, Hunan Changfeng Rubber Products, Hunan Changsha Motor Parts, Hunan Changfeng Auto Interior Decoration, Hunan Changfeng Material Transport, Hunan Changfeng Property Management, Yongzhou Changfeng Economy Technological Development, Hunan Changfeng Automobile Plastic Products, Hunan Changfeng Automobile Air Conditioner, Hainan Shennong Dafeng Scientific and Technological Limited Company, etc.
Changfeng Automobile est l’un des plus petits constructeurs chinois construisant aujourd’hui essentiellement des 4X4, camions, SUV et des petits utilitaires.
Changfeng a intégré un savoir-faire en matière de gestion et de production grâce à son partenaire japonais Mitsubishi Motors avec qui elle a construit des camions compacts et des véhicules sportifs.
En 2001, Changfeng a été désignée en tant que nouvelle entreprise de pointe de la province  de Hunan.

CHERY AUTOMOBILE

http://www.cheryglobal.com

Chery  奇瑞 est une marque automobile chinoise créée en 1997 qui appartient en partie au Groupe SAIC qui a racheté la firme coréenne SangYong et qui coopère également avec deux acteurs majeurs du marché chinois, General Motors et Volkswagen.
En mars 2007, Chery Automobile est devenu avec 44 568 véhicules le premier constructeur automobile chinois, depuis l’ouverture du pays à la concurrence, à enregistrer des ventes mensuelles supérieures à celles de ses concurrents sino-étrangers, devançant Shanghai GM, coentreprise de General Motors, qui en a vendu 40 071, Shanghai VW avec 38 627 coentreprise de Volkswagen. Chery a par ailleurs exporté 10 019 voitures en mars et près de 30 000 depuis le début 2007, ce qui est une des premières concrétisations de la « menace chinoise » redoutée par les géants de l’automobile mondiale.
Sa voiture citadine phare, la QQ est un véritable succès en Chine, surtout auprès des jeunes et des femmes.

CHONGPING LIFAN

Chongqing Lifan Industry (Group) Co., Ltd est le plus grand fabricant privé de motocyclettes en Chine. Yin Mingshan, avec 9 autres personnes, a établi l’Institut de la recherche de l’assemblage du véhicule Honda en 1992 .
Après 12 ans d’effort, le Groupe Lifan se développe rapidement et devient une entreprise privée d’une importance nationale concentrée sur la progression de la science et de la technologie, la manufacture et la vente (y compris l’exportation) de moteurs et de motocyclettes, l’incorporation de la manufacture d’automobile, l’industrie du foot, la sécurité financière et la culture / le média.
Le groupe a été classé  dans le top 50 des entreprises industrielles à Chongqing, et 1ère des entreprises privées. Le groupe est aussi parmi le top 500 des plus grandes entreprises en Chine et parmi le top 500 des entreprises de manufacture de motocyclettes au monde.
Août 2000, Lifan a acheté le club de foot Huangdao pour 5,45 millions €.
En juillet 2004, la motocyclette Lifan a reçu le titre d’honneur de « meilleure marque chinoise » par le Bureau National de la qualité et de la surveillance technique et la Comité de Promotion pour la stratégie des meilleures marques.
Les véhicules Lifan sont vendu dans plus de 100 pays avec l’Asie du sud-est, l’Asie de l’est, l’Europe, l’Afrique, l’Amérique du sud.
En 2003, les motocyclette et les moteurs développés par le groupe Lifan ont passé l’accréditation Européenne ; cela signifie que les véhicules Lifan peuvent entrer dans tous les pays européens sans aucune restriction.
Chaque année, Lifan lance dans le marché 3 à 6 modèles de moteurs et encore plus de motocyclettes sur le marché. Lifan détiens le plus grands nombres de modèles de moteurs dans le pays.

En 2006, Lifan commence s’est lancé dans l’automobile.

Dongfeng marque de voiture chinoise

DONGFENG MOTOR

http://www.dfmc.com.cn

Dongfeng Motor Corporation 东风汽车公司 (littéralement « Vent d’Est ») est une compagnie automobile chinoise qui fabrique des bus, des camions et des voitures en partie sous son nom et en partie dans des co-entreprises avec diverses entreprises.
Dongfeng a été créé à l’époque de Mao Zedong en 1968. Il a été implanté dans la province du Hubei, loin des côtes dans le cadre de la stratégie de « troisième front », pour le protéger d’une possible invasion par l’Est. Il est devenu le second assembleur automobile du pays. Son capital devrait être ouvert au privé en 2005-2006.
Avec son expérience de plus de trente ans dans la construction de bus, camionnettes et voitures particulières, Dongfeng a développé ses propres outils de production qui sont utilisés à Shiyan dans la production des poids-lourds et semi-lourds, à Xiangfan et à Guangzhou où sont fabriqués les véhicules utilitaires ainsi que les voitures particulières.
Se conformant à une stratégie de développement, Dongfeng a rapidement augmenté ses ventes de véhicules légers en co-entreprise avec des constructeurs internationaux tels que PSA & Nissan Motor Co., Honda Motor Co. Kia Motors Corporation pour la fabrication de véhicules légers.
Dongfeng tire profit des efforts entrepris par la Chine pour construire une société à croissance continue sur le marché automobile local.
Dongfeng est impliqué dans de nombreux joint ventures :
– Dongfeng Peugeot-Citroën Automobiles : avec PSA Peugeot-Citroën pour produire notamment Citroën Fukang, Picasso, Peugeot 206, Peugeot 307.
– Dongfeng Motor Company : avec Nissan Motor Company pour produire notamment Nissan Sunny, Bluebird, Teana et Tiida.
– Dongfeng Honda Automobile Company : avec Honda Motor Company pour produire notamment des Honda CRV.
– Dongfeng Nissan-Diesel Company : avec Nissan Diesel pour produire des utilitaires légers.
– Dongfeng Yueda Kia Automobile Company — Dongfeng détient 25% du capital en association avec Kia et Yueda pour produire notamment des Hyundaï Accent, Kia Optima, et Kia Carnival / Cerato/
– Dongfeng Liuzhou Motor Company : filiale à 100% qui produit le monospace Dongfeng Future.
– Honda Automobile (China) Company : Dongfeng détient 10% du capital de l’importateur de Honda dans la province du Guangdong.
– Dongfeng Automobile Company Limited : avec Cummins pour produire des camions et des moteurs diesel.

FAW AUTOMOBILE

First Auto Works Corporate

La marque de voiture chinoise FAW (First Auto Works) est née le 13 juillet 1956,  avec l’appui du comite central de Chine et avec l’assistance de l’ex-URSS et devint le premier producteur de voiture en Chine.
Basée à Changchun, chef-lieu de la province du Jilin en Chine du nord-est, FAW a créé des joint-ventures avec Volkswagen, Toyota et Mazda. Cette société fabrique toutes sortes de véhicules dont des camions, des berlines, des bus et des mini-véhicules.
Aout 1958, pour fêter le dixième anniversaire de la Chine communiste, le gouvernement central a demandé à FAW de concevoir une voiture qui sera utilisée par les hauts dignitaires du Parti Communiste Chinois (PCC).
FAW avait commandé à l’époque à l’université de Jilin, une Chrysler modèle haut de gamme année 1955, afin de s’en « inspirer ». Après quelques travaux de design, elle a été mise au goût chinois. En fait, la Chrysler a été entièrement démontée, chaque pièce a été copiée, mesurée, à la main, et reproduite. Le premier secrétaire de la province du Jilin de l’époque, Wu De, a baptisée devant un parterre de 10 000 employé, la voiture « Drapeau Rouge » (« Red Flag » ou « Hong Qi » en chinois). Les cadors du pouvoir se pressent alors pour admirer la belle, parmi eux Deng Xiaoping.

Geely Marque de voiture chinoise

GEELY AUTOMOBILE

http://www.geely.com

Nouveau logo Ancien Logo

Geely Automobile 吉利汽车 (Geely 吉利, littéralement « qui porte bonheur ») a été fondée en 1986, et est basée dans la province du Zhejiang.Geely est la seule compagnie automobile entièrement privée en Chine. La maison mère de Geely Automobile est Geely Holding Group 吉利控股集团.
Geely a fabriqué des motos, fabrique des moteurs de voitures, boîtes de vitesses, des ensembles électriques. Geely en 1997 s’est lancé dans la fabrication de voiture de tourisme. Geely fait partie du club des 500 plus grandes entreprises en Chine et se classe dans le top 10 des fabricants d’automobiles de marque de voiture chinoise.
Geely Holding est basée à Hangzhou, la capitale de la province du Zhejiang, et possède des usines dans les villes de LinHai, NingBo, LuQiao, et Shanghai.
Elles sont homologuée 3C qui est un label qualité en Chine. Les automobiles de Geely passent également la norme Euro 3, deux motorisations sont certifiées Euro 4.
Geely est en 9ème position dans le classment des constructeurs automobiles chinois, avec une part de marché de 5.25%, mais en ce qui concerne les voitures compactes, la part de marché de Geely atteint les 24%.
Geely a investi dans son centre de recherche dans la ville de Linhai, le centre de R&D GMP se situe dans la ville de Ningbo, la partie électronique se situe dans la ville de LuQiao, et un autre centre pour le reste dans la ville de Hangzhou.
Grâce à cette force de frappe, Geely peut sortir 2 à 3 nouveaux modèles d’automobile par an, Geely affirme posséder les meilleurs ingénieurs de Chine dans ses centres de recherche. Geely a déposé 7 brevets, a développé son propre moteur 1.8 litre d’une puissance de 57.2 kW. Geely a également développé une boîte de vitesse automatique (une première en Chine).
Geely Automobile a aussi investi dans la création d’une université à Beijing, à Sanya (dans l’île de Hainan), et à Linhai, et a ainsi formé plus de 30 000 étudiants qui travaillent tous dans le domaine automobile. Geely automobile est certifié ISO9000, TS16949, et conforme ECE, EPA.
Concernant la stratégie de Geely Automobile, ce dernier prévoit de lancer d’ici 2010 une quinzaine de modèles d’automobiles.
Geely Automobile projette de vendre un millions de voiture d’ici 2010, et vise une part de marché en Chine de 8%. Geely Automobile deviendra l’un des principaux fabricant de modèles automobiles compacts. En 2015, Geely Automobile veut vendre deux millions de voitures par an et espère ainsi prendre une part de marché mondiale de 2.5%.

Great Wall Marque de voiture chinoise

GREAT WALL MOTOR

http://www.gwm.cn

Great Wall Motor Company Limited 长城 est le plus grand constructeur automobile privé en Chine. Il est le premier constructeur automobile privé de Chine à être côté à la bourse de Hong Kong.
Avec plus de 10 années de croissance rapide, Great Wall Motor a accumulé des capacités économiques énormes, devenant le numéro 1 des contribuables pendant trois ans dans la ville de Baoding.
En 2004, Great Wall Motor est parmi les 500 principales entreprises de Chine et une des meilleures marques de voiture chinoise.
Great Wall Motor fabriquant pour l’essentiel des pick-ups a réussi pendant 6 ans d’affilé à être le leader dans ce domaine, lui valant le surnom de « roi du pick-up ».
Great Wall Motor a commencé à exporter en septembre 2006 sur le marché européen avec le SUV (voiture). Le constructeur était bien entendu très bien représenté lors de sa premiere première exposition en France au Mondial de l’Automobile de Paris de septembre à octobre.
Cette même année, Fiat a poursuivi la firme en justice pour avoir selon elle copié la fameuse Fiat Panda de seconde génération avec sa nouvelle « A-segment Peri » (apellée Jing Ling en Chine).
En 2007, Great Wall Motor vend déjà des voitures dans plus de 60 pays, les exportations représentant pour la firme environ un tiers de ses ventes. Elle est depuis l’entrée de la Chine à l’OMC le premier exportateur de de pick-up et minibus vers l’étranger.

HADFEI AUTOMOBILE

http://www.hafeiauto.com.cn

Harbin Hafei Automobile 哈飞汽车, une filiale de Harbin Aircraft Manufacturing Corporation est un constructeur chinois, leader dans les minivans.
La compagnie a été créé le 20 septembre 1994, et est basée dans le nord-ouest de la Chine, dans la ville de Harbin, province du HeiLongjiang.
Hafei Automobile a bâti un réseau de vente hors des frontières chinoises depuis de longues années pour faire face à la conccurence. Ses voitures sont vendues dans une quarantaine de pays incluant les USA et l’Italie.
La politique de Hafei Automobile est « La qualité c’est la vie d’une entreprise et le client a toujours raison », et son but est « soit le plus concurrentiel sur le marché par des produits de qualité ». Pour cela, l’entreprise a établi un réseau avec un bon service après vente notamment par un bon approvisionnement de pièces détachées, et noué des partenariats avec des acteurs locaux par le biais de transferts de technologie comme c’est le cas en Malaisie avec Naza; ainsi, Hafei Automobile et devenu le premier constructeur chinois à externaliser sa production.
A ce jour, Hafei Automobile a plus de 5000 employés.
Début Juillet 2007, le groupe automobile français PSA Peugeot Citroën a annoncé la création d’une co-entreprise à 50/50 avec le constructeur chinois Hafei. Peugeot est déjà présent en Chine par le biais de Dongfeng Peugeot Citroën Automobiles (DPCA), une coentreprise à 50/50 avec le chinois Dongfeng Motor. La production devrait être assurée par l’usine Hafei située à Shenzhen.

JAC AUTOMOBILE

En 1991 JAC Automobile (Anhui Jianghuai Automobile) n’était qu’un fabricant de pièces détachées, une entreprise quasi au bord de la faillite. Mais à cette époque c’était le boom du secteur automobile chinois, toutes le sentreprise importe des équipement de l’étranger, agrandissent leur usine, élargissent leur gamme de voitures. Les cadors du moment étaient FAW et SAIC pour les grosse voitures, et Chang An et ChangHe, Tianjin, DF Liuzhou pour les petites voitures.
Le début des années 90 marque la libéralisation économique du sud de la Chine. Avec la constructions d’un réseau autoroutier conséquent, cela a créé un appel d’air pour les constructeurs automobiles. Pour répondre à la croissance du transport des personnes, il a fallu fournir des bus de moyenne capacité. A cette époque il n’existait pas de châssis pour les ce genre de bus. Il y a avait un vide entre les véhicules légers et les grands bus, c’est dans cette brèche que JAC s’est engoufré, en concevant un chassis dédié, JAC Automobile a vendu 1000 de ces bus en 1991. En 1995 JAC avait conquis 80% du marché intérieur. Depuis le début des années 80, a été introduite la technologie des camions d’Isuzu, qui se répandit rapidement à travers le pays si bien que vers le milieu de années 90, on comptait en Chine une soixantaine d’entreprises sur ce créneau.
En 1994, le Président de JAC Zuo Yan An, après un voyage au Japon, se rendit compte qu’il y avait quelque chose à faire dans les camions légers. Ils s’inspirèrent d’un modèle import, et en 1997 le premier camion léger sortit des chaines de montage.
1995, JAC Automobile réfléchit à un nouveau modèle de camionnette, et pense que le segment des monospaces est prometteur. Après plusieurs années d’analyse des marché étrangers, notamment Européen, américain et japonais, les gens de JAC Automobile s’aperçoivent qu’il n’existe pas de monospace à prix abordable en Chine. Les monospaces existants possédaient un chassis de voitures de tourisme et n’étaient pas adaptés aux routes chinoises, et de surcroît étaient chers. JAC procède à sa façon habituelle, c’est à dire se procure un monospace de la concurrence étrangère, en l’occurence ici c’est un monospace de Hyundai, le H1, dont le chassis est basé sur une voiture de tourisme, ce MPV est vendu en Europe et en Amérique, mais par rapport à ses concurrents japonais et est homologué Euro 2. Le H1 en outre passe les crash-tests Euro NCAP. Le raisonnement de JAC est le suivant : si ce véhicule est accepté en Amérique, et que le prix est acceptable en Asie, alors il a toutes ses chances en Chine. Après des pourparlers avec Hyundai, ce dernier fut d’accord pour que JAC produise ce monospace. JAC le baptisa « Ruifeng » Refine en Anglais. Mars 2003, JAC et Hyundai finalisent l’accord, en décembre l’usine de d’assemblage est finie de construire, les installations sont validées par Hyundai. JAC a en outre discuté de la construction avec Hyundai de 4 joint-ventures. Ces usines, doivent fabriquer des climatiseurs, des sièges, des tubes, des boîtes de vitesses, et l’arrière des monospaces.
Concernant les équipements, JAC fait appel le plus souvent à d’autres fabricant de voitures pour sous-traiter.

JIANGLING MOTORS LANDWIND

http://www.landwind.com

Jiangling Motors Landwind ou JMC Landwind est une jeune marque de voiture chinoise existant depuis octobre 2004, alliance de deux constructeurs connus en Chine :  Chang An Automobile et de JiangLing Group.
Chang An Automobile est leader dans le domaine des petites voitures citadines et des minivans en Chine.
Jiangling Automobile vends des Landwind, des Ford Transit, mais surtout des véhicules utilitaires sous sa propre marque.
Jiangling Motors Landwind est la première firme ayant exporté en europe un véhicue chinois en juillet 2004 via la Belgique.
La firme a passé toutes les normes obligatoires de sécurité  ISO9002, ISO9001, QS9000, 3C, et ISO 14001. Mais malgrès cela des polémiques concernant la sécurité de ses véhicules circule et la firme a désormais mis un point d’honneur à les améliorer.

NAC MG NANJING AUTOMOBILE

http://www.nanqi.com.cn

Nanjing Automobile (Group) Corporation (Yuejin Motor Group Corporation) est une entreprise d’Etat chinoise qui emploie plus de 16,000 personnes. Fondée en 1947 c’est le plus ancien constructeur chinois d’automobiles. Le site industriel est implanté sur une aire de 400 ha, sa capacité de production est d’environ 200,000 véhicules par an. La production comprend le secteur automobiles particulières, les petits camions et les autobus.
L’histoire de Nanjing Automobile (Group) Corporation remonte à 1947. C’est le 10 mars 1958 que la société fabriqua le premier camion léger de Chine. Dès lors l’usine fut autorisée à fabriquer des véhicules automobiles et la société Nanjing Automobile Works vit le jour.
Entre les années 1958 et 1979, Nanjing resta dans une position de quasi monopole dans le secteur des automobiles en Chine. En 1980, pour satisfaire à la demande, Nanjing installa le premier moteur diesel sur un véhicule utilitaire.
En 1995, dans le cadre des accords de partenariat avec le groupe italien Fiat S.p.A. et notamment IVECO et Fiat Auto, une filiale commune Nanjing Viejo Automobile Co. a été créée. Ensuite, grâce à la libéralisation des investissements étrangers en Chine, Nanjing Fiat Company est créée, destinée à la construction d’automobiles Fiat pour le marché chinois.
Ensuite, la capacité de prodution fut portée à 200,000 véhicules, comprenant des automobiles particulières, des utilitaires légers, des camions moyen et gros tonnage, des minibus, des véhicules tout terrains, et des véhicules spéciaux développés à partir de chassis provenant des constructeurs Yuejin, Nanjing-Iveco, Nanjing-Fiat et Soyat.
Le 22 Juillet 2005, Nanjing Automobile Group rachète les actifs du constructeur britanique MG Rover Group pour un montant de £ 53 millions.
Wuxi Soyat est une marque de Nanjing Automobile (Group) Corporation, la 4ème composante du groupe avec les unités Yuejin, Nanjing-Iveco et Nanjing-Fiat, et représente la seconde base productive d’automobiles. Installé à Wuxi, le centre du triangle Hangzhou-Shanghai-Nanjing.
Les modèles de la gamme Soyat :

Soyat NJ7150 et Soyat Unique – licence SEAT Ibiza 1ère génération, Soyat SUV – licence Isuzu, Soyat Pick-up – licence Isuzu,
Ces modèles ne sont commercialisés qu’en Chine.
Nanjing Automobile Corporation commercialise les fabrication Yuejin, marque spécialisée dans les véhicules utilitaires et les camions moyens tonnage.
Actuellement, Yuejin Motor Group a une production annuelle d’environ 200.000 véhicules. La gamme couvre un large pannel de modèles comprenant des utilitaires légers, des camions moyen tonnage, des midibus, des 4×4, des minibus et des constructions spéciales reposant sur des chassis et bases mécaniques de différentes origines.
La joint-venture à 50/50 entre NAC et Fiat S.p.A. a été créée en Avril 1999. Située dans le district de Jiangning – New Technology Park of Nanjing, Nanjing-Fiat a vendu 24.000 véhicules en 2002, 36.000 en 2006, dégageant un C.A. de 3,2 miliards de yuans (420 millions $ US). Nanjing-FIAT fabrique 4 modèles: Fiat Palio, Fiat Palio Weekend, Fiat Siena, et Fiat Perla, le premier modèle dessiné conjointement par Fiat et Nanjing-Fiat Automobile, et à partir de second semestre 2007 la nouvelle Fiat Linea. Il serait même envisagé d’y construire la Fiat Panda, la Fiat Grande Punto et l’Alfa Romeo 159 à partir de 2008.
Fiat est un des derniers grands constructeurs mondiaux à s’être implanté en Chine mais compte bien se développer rapidement et a fixé à son associé local l’objectif de fabriquer 300.000 véhicules par an d’ici 2010. Les ventes du 1er semestre 2006 s’établissent à 16,442 unités, en progression de 27%. La nouvelle Fiat Perla, dont les ventes ont débuté en sptembre 2006, devraient atteindre les 40,000 unités cette année.
Récemment, début mai 2007, le président de Fiat Automobiles, M. Marchione, s’est déclaré « profondément insatisfait » des résultats de son association avec Nanjing dans le domaine automobile, avec des cadences de fabrication « anormalement lentes » dues vraissemblablement à l’énorme effort que doit consentir le constructeur chinois pour mettre en fabrication les modèles MG dans ses propres usines chinoises.
Iveco, la filiale poids lourds de Fiat, a constitué en 1986 une coopération commerciale et technique pour la fabrication, sous licence, de certains modèles de la gamme Iveco Daily de 1ère génération, par Yuejin Trucks.
En 1996, avec la libéralisation des investissements étrangers en Chine, cet accord se transforma en joint-venture pour la fabrication par Iveco, en Chine, de 20.000 exemplaires par an de toute la gamme Iveco Daily, fourgons, camions benne et minibus. Baptisée NAVECO, cette société a un C.A. annuel qui dépasse les 400 millions $ US.
Très satisfaits de la qualité de leurs relations, les associés ont développé cette J.V. en fusionnant NAVECO et Yuejin sous la seule entité NAVECO qui devient le principal constructeur du pays. Yuejin disposait d’une capacité de construction de 40.000 unités/an et son intégration dans NAVECO va permettre d’atteindre les 100.000 unités d’ici 2008. Toute la gamme Yuejin sera dotée des technologies modernes Iveco.
Un pas significatif a été fait par NAC dans sa stratégie internationale, lors de l’achat de MG Rover and Powertrain Ltd. A la suite de ce succès, NAC met tout en oeuvre pour recommencer la fabrication des modèles du célèbre constructeur britanique en Chine.

SAIC Marque de voiture chinoise

SAIC AUTO SHANGHAI AUTOMOBILE

http://www.saicgroup.com

Le groupe automobile SAIC 上海汽车工业(集团)总公司 (Shanghai Automotive Industry Corporation), propriété du gouvernement de la ville de Shanghai, qui négocie toujours avec BMW pour l’utilisation du nom Rover, serait sur le point de signer l’accord. Nanjing, l’autre prétendant, devra semble-t-il se contenter de la marque MG.
Ainsi, SAIC, qui a déjà acquis les droits de fabrication de la Rover 75 (qui se fera en Chine) pourra débuter l’exportation vers l’Europe au deuxième semestre 2007.
Le plan officiel de SAIC sera dévoilé à l’automne en même temps que sa version revue de la Rover 75.

SHUANGHUAN AUTOMOBILE

http://www.hbshauto.com

Shuanghuan Automobile Limited Company 双环 est un constructeur automobile chinois produisant des véhicules haut de gamme depuis avril 1988, basé dans la province Chinoise de Hebei.
Shuanghuan automobile produit annuellement plus de 100 000 véhicules .Shuanghuan a confié à AZ Motors la distribution du  premier véhicule chinois homologué en Europe.
L’importateur automobile, AZ Motors, fort d’une expérience de plus de 20 ans dans le milieu de l’Automobile, a signé un accord avec le constructeur automobile chinois Shuanghuan Auto pour la distribution exclusive de leurs véhicules en France, dans les DOM-TOM, en Belgique ainsi qu’aux Pays-Bas.

XINKAI AUTO

http://www.hbxk.com

Xinkai Auto Group a été fondé en 1984, à Gaobeidian en Chine, et regroupe la société Xinkai auto et la société Zhuozhou, qui est sa filiale.
Xinkai produit plus d’une trentaine de modèles tels que des pick-up, des tout-terrain et des modèles dédiés aux professionnels. Les principaux modèles sont : le SUV HXK6490 E, le CUV HXK6485 E, le pick-up HXK1021 SE et le SRV HXK6491.
La forme aérodynamique des véhicules et l’excellent rapport qualité prix sont les atouts de Xinkai auprès de la clientèle locale et des marchés internationaux. L’exportation internationale se fait avec succès surtout en direction du Moyen Orient, de l’Afrique, de l’Amérique du Sud,  et commence à se développer vers d’autres continents.

INDUSTRIE AUTOMOBILE CHINOISE :

Industrie automobile chinoise

Au salon de l’automobile de Francfort en 2005, beaucoup de commentaires furent retissants voir hostiles suite à la présentation des marques de voiture chinoise. La presse a dénigré les voitures chinoise, en se basant sur la conclusion des tests de sécurité conisdéré comme déplorable aux Pays-Bas et en Allemagne sur les modèles 4×4 Landwind. Mais un an après, la donne a changé : le marché chinois a fait une avancée prodigieuse, une présence active sur la pluspart des marchés émergeants. Tout ceci conduit à modifier une opinion faite à la hâte. Le calme des européens vis-à-vis des constructeurs chinois n’est pas du gout des américains qui se rappellent l’entrée des voitures japonnaises en quatre étapes distinctes :

  • le dénigrement de la population,
  • le goutte à goutte (quelques automobilistes commencent à acheter des voitures japonnaise)
  • l’installation sur le marché
  • et enfin une position dominante.

Même si pour le momment, les marques de voiture chinoise restent discretes ; comme lors du salon de Francfort où ils étaient dans une salle à l’écart. Un cadre chinois a expliqué qu’ils étaient là pour étudier et repérer ce que souhaitent les conducteurs européens, pour pouvoir réagir et s’internationnaliser le plus vite possible.
L’entrée des voitures chinoises sur le marché occidentale est associée à une stratégie de plannification et une forte compréhension des enjeux internationnaux ; tout est prédéfini, calculé d’avance.
Le secteur automobiles s’est fixé comme objectifs de faire de ce secteur un pillier de l’économie chinoise.
Les automobilistes sont-ils pret à acquérir des voitures de marque chinoise ?
L’environnement politique (avec les restrictions massives : radars, difficultés de stationnement, les différentes taxes…) et par conséquent l’environnement économique ( les automobilistes ne veulent plus acquérir de véhicules chèree et puissants sachant qu’ils ne peuvent pas les utiliser à leur guise) insitent les consommateurs à acheter des modèles plus petits. Il y a plusieurs années en arrières, les clients achettaient une voiture en fonction de la marque et de ses soit-disantes qualités techniques ; lorsque les gens acqueraient un véhicule, ils étaient fidèles à une marque souvent la même, que leurs parents. En fin de compte, la qualité technique des voitures chinoises est souvent remises en question mais ne restera pas longtemps un obstacle. Elle sera forcement au point d’ici peut de temps.

Réponses de sondage d’opinion sur les voitures chinoises :

D’après l’institut de sondage allemand TNS, 12 % des automobilistes se disent favorables à acquérir un véhicule chinois à conditionque son prix soit inférieur de plus de 20 % au autres marques. D’après un sondage réalisé par l’auto-moto, sur 1875 internaute sondés, 79 % sont prets à acheter des voitures de marque chinoise contre 21 % qui y sont opposés. Ce constat inquiète fortement les constructeurs européens car en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Finlande, les sondages se révèlent être quasiment identiques à ceux effectués en France.
Les voitures à bas prix sont la porte ouverte au marché chinois :
Certains considèrent le triomphe de la Logan comme une nouvelle tendance. C’est sûre qu’une voiture qui n’est pas chère a un grand potentiel ; surtout dans une économie où le spouvoir d’achat diminue. Depuis, plusieurs années, les ménages doivent, les plus souvent, avoir recours à des crédits pour pouvoir financer leur achat de véhicules. Par conséquent le prix est un élément de plus en plus important dans le choix du véhicule. Ce qui favorise le marché chinois qui devrait se trouver sur ce nouveau secteur des véhicules low-cost.

Le marché automobile chinois :

Marché automobile chinois

Dans le secteur automobile, la Chine est le second marché mondial, avec sept millions de véhicules vendus en 2006 ;

soit une augmentation de 25 % des ventes. D’après les différentes études leur production devrait doublée en deux ans ; pour en 2010, être le premier du marché mondial de l’automobile. Parallèlement à cette augmentation de la production, les constructions routières se développent énormément. La Chine compte aujourd’hui 52 000 kilomètres d’autoroutes ; ce chiffre devrait doubler en 2015.

La Chine compte plus de 80 constructeurs.
Le Mistère Chinois du Commerce et de la Commission d’Etat pour le Développement et la Réforme reconnait 160 entreprises ayant le titre de « constructeurs orientés vers l’exportation automobile », fabriquant des véhicules et des pièces détachées. Sur ces 160 entreprises, 10 marques ont la capacité d’exporter à l’international, dont la cible principale est l’Europe.
Aujourd’hui, environ deux millions de chinois travaillent dans le secteur automobiles ( la population active totale est de 800 millions).
D’après les statistiques officielles pour l’année 2007, il est prévue que la Chine exporte 450 000 véhicules (en 2010, ce chiffre pourrait atteindre les deux millions). pour le moment la Chine exporte surtout des camions et des petites voitures, notamment au Proche-Orient, en Asie centrale et en Afrique.
Dix constructeurs sur les 80 en Chine sont tentés par l’exportation de véhicules. Sur ces dix constructeurs, trois ont déjà participé au salon de Francfort en 2005 (Landwind, Brilliance et  Geely).
La Chine est le pays où le taux de mortalité sur les routes est le plus élevé au monde avec 680 décès et 45 000 blessés par jour.
Pour avoir son permis de conduire en Chine, il suffit de faire 70 heures de formation. Tout simplement.

Les atouts des marques de voiture chinoise

Les atouts des marques de voiture chinoise :

La manne financière :

Le financement des constructeurs automobiles chinois est dirigé par les millardaires locaux, en coordination avec les provinces et les villes.
En Chine la voiture est un symbole, a valeur de reconnaissance ; personne ne serait s’en passer. Les chinois sont orgueilleux et veullent donc des marques nationales.
Les trois investisseurs étrangers sont VW, General Motors et Toyota ; ils accordent un finacement total de quinze milliards de dollards ; dans le but de voir leur capacité tripler d’ici 2008 (production total de sept millions de véhicules).

Les moyens humain :

Malgré, sa compétition avec l’Inde la Chine est devenue le premier pays au monde où l’on forme des ingénieurs (soit 600 000 personnes) et des techniciens (soit 6 millions de personnes). Maintenant, avec l’évolution des filières en génie mécanique et la multiplication des centres de recherche ; la Chine peut faire face à toutes demandes dans des délais relativment court.
D’après un ingénieur chinois, d’ici 2 ans, ils auront besoin de nous pour les promotions et la maintenance des véhicules. En ce qui concerne le financement, pas de soucis ; à côté des circuits de financements traditionnels, les chinois possèdent des relais financiers opérationnels.
Les chinois estiment qu’en 2015, ils contrôleront environ 300 garages et stations services. De plus, cette stratégie pourrait augmenter les ententes avec les concessionnaires rattachés à des constructeurs européens qui seraient obligés de s’arranger avec eux.

Lors du rachat de Rover par la société chinoise Nanjing Automobile, beaucoup se demandait comment la société pouvait investir dans une société si mal en point. En général, la position des cadres dans l’automobile européenne est très dure. Beaucoup ont été licencié brutalement et par conséquent n’ont aucun scrupule à donner des conseils aux constructeurs chinois voulant s’intégrer le marché européen.

Les prix des voitures chinoises :

En chine les constructeurs automobiles profitent du fait que les coûts calariaux sont relativement faibles (Exemple : chez Geely le coût horaire est d’environ 3,5 dollars).
Ce que l’on oubli c’est que d’une province à l’autre de la Chine les politiques salariales sont très différentes. Les provinces intérieur proposent des coûts très faibles alors que dans d’autres provinces certains groupes (dans d’autres domènes) sont obligés d’exercer des délocalisations internes pour pouvoir diminuer leurs
coûts. Ce qui devrait bientôt se passer dans le secteur automobile. Ce qui devrait à long terme profiter à une diminution du prix du véhicuile à l’achat.
A passer son temps à critiquer les voitures de marque chinoise on oublie qu’ils construisent en grande quantité et surtout des voitures passes partout dont la qualité et l’entretien ne poseront aucun problème. On parle même de véhicules haut de gamme à partir de 12 000 € ainsi que de coupés à partir de 6 000 €. En Amérique les choses vont beaucoup plus vite : le constructeur Chery offre déjà un modèle à 4 706 € (6 900 dollards). Son importateur espère écouler 250 000 modèles en 2007.

Avec la multiplication des usines automobiles et la surproduction qui menace la chine ; le gouvernement encourage les indusriels à vendre le trop plein à l’étranger. Pour 2010, la production prévue est d’environ 20 millions de voitures sachant que pour le marché chinois il n’est prévue que 9 millions de ventes. De plus, avec les sites de vente sur internet et le marché en ligne les offres devraient voir leur nombre se multiplier et leurs prix baisser. L’on devrait donc d’ici quelques années assister à une braderie dans le secteur automobiles.
Depuis quelques années, en Chine, la population pouvant acheter une voiture a augmenté. Même si pour le moment les ouvriers, les paysans et les simples employés n’ont pas les moyens d’aquérir une voiture. Cette tranche de la société chinoise ne conçoit pas le fait que ce bien ne soit pas accessible à tous. Pour les chinois l’ascension sociale se fait au travers des moyens de transport : en premier lieu nous avons le vélo, puis le cyclomoteur et enfin la voiture. Cette situation risque de provoquer le réels problèmes sociaux ; par conséquent le gouvernement chinois va devoir se faire à l’idée d’une voiture pour tous (comme la deux chevaux des années cinquante en France). Les constructeurs pensent déjà à mettre en circulation une voiture à prix mini (environ 2 000 à 2 500 euro). Ces modèles seront forcement exportés mais à des prix un peu plus élevés malgrè tout ; ce qui néanmoins détruierait les véhicules de bas de gamme des constructeurs occidentaux.
Certains constructeurs ont déjà essayés de commercialiser leurs véhicules par le biais de grandes surfaces ; ce qui ne s’est pas révélé être un grand succès. Mais, les entreprises de distribution européennes qui ont investi en Chine pour augmenter leurs profits ; pourraient bien être contraintes de respecter la politique chinoise du « win-win » qui est définie : « vous gagnez de l’argent en Chine où vous êtes présent et en échange vous devez mettre en avant nos produits dans vos grandes surfaces en Europe ».

Les différentes stratégies des marques de voiture chinoise

 

La Chine favorise une stratégie commune plus qu’une stratégie isolée :
Comme les concurrents d’un même secteur, les marques de voiture chinoise, devraient se faire une guerre sans pitié. Or, ils ont conpris que leurs intérets étaient commun ; bien sûr chacun a sa stratégie interne. Mais la politique interne impose les stratégies externes de l’entreprise. Pour celà le Ministère du Commerce chinois et la Commission d’Etat pour le Développement et la Réforme imposent un développement et une association entre les constructeurs automobiles. Le Ministère détermine les grands axes et défini les choix à faire. Une fois par an, les maires et les autorités se réunissent pour visualiser les évolutions faites dans le domaine automobile puis pour déternimer les nouveaux projets à remplir.
Le Ministère du Commerce et la Commission d’Etat distinguent huit constructeurs automobiles dans les villes de Changchun, Shanghai, Tianjin, Wuhan, Chogping, Xiamen, Wuhu et Taizhou, pour unifier le marché interieur de l’automobiles et des pièces détachées afin de développer les nouveautés techniques. Ces différentes unités vont avoir une fonction importante dans l’amélioration de l’exportation des véhicules, la défense de la propriété intellectuelle ainsi que dans l’amélioration des innovations industrielles. De plus, le gouvernement chinois a provoqué la conclusion d’une union entre dix-sept industriels du secteur automobile, la Société d’assurance du crédit et d’assurance à l’export pour une durée de quinze années ; de manière à les défendre contre tout risques relatifs au taux de change flottants ou des modifications politique qui pourraient subvenir dans les pays d’exportation. Un second accord fut validé avec la Société nationale chinoise des transport maritimes pour favoriser les exportations de voitures chinoises.
Ces différents accords prouvent bien que le pouvoir central s’est fortement engagé aux cotés des constructeurs automobiles.

Les différents modèles d’entreprises chinoises :

Le modèle le plus répandu  parmi les entreprises chinoises est le modèle entrepreunarial qui se construit sur trois axes : l’autoritarisme, le paternalisme et l’émancipation.
Avec ce système, chaque salarié est poussé à fonder sa propre entreprise ce qui permet à l’entreprise d’origine de faire de lui un axe de développement supplémentaire.
Ainsi, les employés peuvent malgré des conditions de travail dures espérer un futur meilleur. Le plus souvent, c’est l’entreprise principale qui dirige son employé vers des secteurs qu’elle convoite afin de favoriser une alliance future. Leur but premier étant de posséder un tissu de concessionnaires à l’échelle mondiale. De plus, il y a un procédé d’aides financieres avantageuses et immédiates. Le nouveau patron participe donc encore au dynamisme de son ancienne entreprise.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.