Nouveau Mazda MX5 2016

Essai du nouveau Mazda MX5 2016 Roadster
Essai du nouveau Mazda MX5 2016 Roadster

MAZDA MX5 2016 UN AMOUR DE ROADSTER

Archétype du petit cabriolet populaire et amusant à conduire, la Mazda MX5 2016 poursuit La tradition avec cette nouvelle génération que nous avons essayée en version 1.5 de 131 ch Modèle lancé en octobre 2015 Segment Petits cabriolets Avec 950 000 unités produites en 26 ans d’existence et trois générations, la MX-5 est le cabriolet biplace le plus populaire au monde et c’est toujours le même casse tête au moment de son renouvellement :
faut-il s’inscrire dans la lignée ou innover ? En matière de style, les designers ont choisi la seconde option : bye-bye les rondeurs, le dessin est plus tranchant comme l’expriment les phares taillés en pointe et le capot plongeant. Même volonté de remise en cause au plan technique. Terminée l’inflation des dimensions et du poids. Le gabarit descend à 3,91 m (- 11 cm) et la masse repasse sous la tonne malgré une augmentation des équipements (975 kg à vide pour la version 1.5). Il faut dire que Mazda a fait appel à l’aluminium pour le capot, le couvercle de coffre et une partie des trains roulant pour traquer les kilos. Lancée le 15 octobre prochain, la MX-5 sera disponible avec deux moteurs essence : le 1.5 de 131 ch et le 2.0 de 160 ch, tous deux associés à une boîte manuelle à six rapports. Les prix démarrent à 24 800 € avec le 1.5. Le 2.0 est plus cher, 32 050 €, car uniquement disponible en version haute Sélection. Voiture plaisir, la Mazda MX5 2016 a aussi soigné sa consommation pour diminuer son malus écologique. Il est désormais de 250€ sur le 1.5 et de 1 600€ sur le 2.0. On est loin des 2 600 € de malus de l’ancien modèle…

Le plein de sensations pour la Mazda MX5 2016

La Mazda MX5 2016 tire un bon parti des 131 ch de son moteur grâce à son poids maîtrisé (8,3 s de 0 à 100 km/h). Volontaire dans ses montées en régime, ce bloc ne fait pas d’elle une championne de la performance pure, mais il ne refuse pas d’être crava­ché en grimpant aisément jusqu’à 7 000 tr/min. Mené plus tranquillement, II manque de répondant dans les bas ré­gimes (couple de 150 Nm à 4 800 tr mais c’est alors qu’entre en scène le levier de vitesses. Avec son débattement ultra-court (4 cm) et sa rapidité, il ne faut pas nier qu’il participe à l’agrément de conduite, Les vitesses passent à la volée pour lancer énergiquement cette formidable petite machine à sensations. Aussi un empattement raccourci de 20 cm rapport à l’ancien modèle, la Mazda MX5 2016 profite d’une répartition équitable de sa masse à 50/50 entre les essieux avant et arrière. L’agilité reste donc sa marque de fabrique, mais avec une orientation plus ludique qu’efficace. Car si elle est plaisante à conduire et ne refuse pas à jouer si on la provoque, elle n’est pas d’une grande rigueur. Les suspensions souples engagent des mouvement de caisse un peu amples quand la route grimpe, et les pneus Yokohama de 16 pouces sont vite dépassés. Et puis il y a cette direction à assistance électrique qui filtre un peu trop le travail des suspensions avant. Mais tout cela n’est pas bien Grâve.

Auteur de l’article : Nicolas SCHIAVON

Je tombé tout petit dans la marmite automobile. Ayant eu un garage de marque automobile, mandataire automobile de la première heure dès 1999. J'ai créé ses premiers site de vente de voiture et blog automobile dès 1994. J'ai pu essayer beaucoup de voitures très différentes et ayant eu personnellement quelques belles autos, Subaru Impreza, Mitsubishi Lancer Evo 7, Porsche 911, Ferrari Testarrossa, Audi RS3, RS4 et j'en passe...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.