La Gamme Mazda 2013 invulnérable ?

Toute la gamme des modèles Mazda 2013

Mazda 2

Mazda 2 2013
Mazda 2 2013

Méconnue à tort, cette citadine présente un très bon niveau de fiabilité. Les moteurs de la Mazda 2 comme la partie électronique ne posent guère de problèmes. Si l’habitacle est d’une facture correcte, il se distingue toutefois par des bruits de mobilier (ceintures, sièges, banquette, façade de climatisation). On relève aussi une défaillance de la télécommande d’ouverture à distance jusqu’au 21 octobre 2008, de l’ouverture de la trappe à carburant jusqu’au 15 février 2010 ou du réglage des rétroviseurs électriques jusqu’au 4 septembre 2012.

Le voyant d’airbag reste allumé jusqu’au 15 juin 2009 (faisceau). C’est davantage la parti châssis qui est sous surveillance des amortisseurs arrière jusqu’au 29 octobre 2008 et bruit de la butée d’amortisseur jusqu’au 1er décembre (graissage). La direction est aussi citée dans les notes techniques, car elle peut cogner jusqu’au 1er septembre 2010 (graissage de l’arbre) ou claquer jusqu’au 10 décembre 2011 ( remplacement de la crémaillère).

Mazda 3

Mazda 3 2013
Mazda 3 2013

Si les versions à essence de la Mazda 3 s’achètent les yeux fermés les diesels méritent plus d’attentions. Elles n’ont, en effet, pas offert la même sérénité mécanique. Ainsi, la 3 n’a plus plus grand-chose à voir avec les anciens modèles, la plate-forme étant d’origine Ford et le moteur 1.6 diesel développé par Ford et PSA. Ce qui explique les ennuis de jeunesse.

Outre les diesels, les récriminations portent sur les trains roulants, via une faiblesse des amortisseurs arrière, jusqu’au 10 mai 2007, le grincement du train avant jusqu’au 27 janvier 2006 (bras inférieurs de suspension) ou les bruits du train arrière (biellettes de barre stabilisatrice). Le témoin de l’ESP) peut rester allumé jusqu’au 4 août 2009 (module ESP). Dans l’habitacle, le réchauffeur d’eau de la climatisation est sujet à différentes anomalies obligeant à le remplacer.

Mazda 3 II

Mazda 3 2013
Mazda 3 2013

Cette Mazda 3 II C’est du solide ! Et pour cause, la 3 reprend la base technique fiabilisée de aînée et le 1.6 diesel offre une grande sérénité d’utilisation. Parmi les quelques notes techniques, on relève la barre stabilisatrice arrière qui claque (serrage de l’écrou) ou le grincement des amortisseurs arrière sur les versions équipées de jantes de 17 pouces jusqu’au 1 er mars 2012 (graissage).

A l’intérieur, on note juste des grincements en provenance du siège conducteur. En plus d’être robuste, la 3 affiche des progrès en matière de qualité perçue, à l’image du revêtement moussé de la planche de bord, qui est plus flatteur, et des assemblages du mobilier soignés.

Mazda 5

Mazda 5 2013
Mazda 5 2013

Le constat pour cette Mazda 5 est semblable, surtout à propos du moteur 2.0 diesel, à celui de la Mazda 3 avec laquelle ce monospace partage sa base technique. Le modèle hérite aussi des bruits anormaux des trains roulants: claquements des amortisseurs arrière jusqu’au 10 mai 2007, grincement du train avant jusqu’au 27 janvier 2006 (bras inférieurs), auxquels s’ajoutent les vibrations dans le volant à vitesse réduite jusqu’au 4 septembre 2007 (conduite de direction assistée) et le grincement de la barre stabilisatrice avant (bagues).

A l’intérieur, le système de chauffage est peu performant (réchauffeur d’eau) sur les versions diesels. Le levier de vitesse est difficile à actionner jusqu’au 1er février 2007 ( à remplacer) et le voyant d’airbag reste allumé (capteur). La télécommande d’ouverture à distance est défaillante jusqu’au 11 juin 2009 et le verrou de la porte coulissante est difficile à actionner jusqu’au 4 décembre 2007. La plupart de ces aléas ont été résolus depuis février 2008 sur les versions restylées.

Mazda 5 II

Mazda 5 II
Mazda 5 II

Techniquement dans la continuité du premier modèle, cette version du Mazda 5 est la plus fiable de la catégorie des monospaces compacts. Le réseau ne croule donc pas sous les bulletins de rectification. Les quelques ennuis enregistrés sont mineurs (et couverts par la garantie de 3 ans) à l’image des dysfonctionnements du GPS TomTom jusqu’à fin avril 2011 (reprogrammation) ou du capteur de lumière de lumière qui bogue jusqu’au 1er juillet 2011 ( à remplacer.

A l’inverse de la Mazda 3 II, la qualité de l’habitacle déçoit (tissus assez fins, plastiques durs fragiles et qui sonnent creux, ciel de pavillon cartonné).

 

Mazda 6

Mazda 6 2013
Mazda 6 2013

Les principaux faux pas enregistrés sur cette familiale sont à mettre sur le compte du moteur 2.0 MZR-CD qu’elle inaugurait. Gripage de la vanne EGR, détérioration du moteur ou du turbo, fuites d’injecteurs étaient alors fréquents. Au niveau transmission, le 5e rapport saute jusqu’au restylage (pignon à changer), les vitesses ne passent pas en 1re et 2e (levier de vitesse) et la pédale d’embrayage est difficile à actionner (disque et mécanisme d’embrayage).

Le train avant de la Mazda 6 est bruyant jusqu’au 7 mai 2006 (silentblocs), comme la colonne de direction jusqu’au 2 août 2007 (graissage) et les roulements de roues jusqu’au 1re octobre 2007. Entre autres, la commande de hayon tombe en panne jusqu’au 5 février 2007 et les vérins grincent jusqu’au 1er octobre 2007. Quant à la qualité de l’habitacle, elle est à l’image de la fiabilité : moyenne.

Mazda 6 II

Mazda 6 II 2013
Mazda 6 II 2013

Les retours des propriétaires de Mazda 6 2013 sont peu nombreux. On notera toutefois, parmis les giefs relevés, le claquement de la direction assistée jusqu’au 1er mars 2011 (vérification de la butée ou remplacement de la crémaillère) et le compresseur de climatisation bruyant jusqu’au 4 novembre 2009. A l’image des autres modèles, le réchauffeur d’eau émet une odeur désagréable dans l’habitacle (pas de modification usine).

Les moteurs diesels, en revanche, rencontrent encore quelques dysfonctionnement du filtre à particules. A l’intérieur, la familiale japonaise est en retrait par rapport aux productions européennes en ce qui concerne la qualité moyenne des matériaux comme de l’insonorisation.

MX 5

Mazda MX 5 2013
Mazda MX 5 2013

Le plus diffusé des roadsters jouit d’une fiabilité sans égale. Increvables, les deux moteurs proposés nécessitent une simple reprogrammation jusqu’au 22 juin 2011 afin d’éradiquer l’allumage du voyant MIL. Ce roadster Mazda MX 5 peut connaître des infiltrations d’eau au niveau de la capote jusqu’au 1er mars 2009 (système d’évacuation obstrué) alors que, sur la version Roadster coupé, le toit peut être difficile à ouvrir jusqu’au 1er sreptembre 2007 (sabot à changer).

D’une présentation correcte, l’habitacle se distingue par quelques bruits de mobilier, notamment au niveau du verrouillage de la capote jusqu’au 5 janvier 2007.

Bilan de la gamme Mazda 2013

Si les premières générations de Mazda 3, 5 et 6 ont connu un taux d’incident anormalement élevé pour le constructeur, leurs successeurs ont retrouvé le droit chemin. Mazda justifie ainsi sa réputation en se classant parmi les cinq marques les plus fiables. Le classement est moins honorifique quand on évoque la qualité perçue, mais les nouvelles productions (CX-5 et 6 III) se mettent au diapason des standards européens. Reste à Mazda France à améliorer l’entretien et l’épaisseur de son réseau de concessionnaire.

Auteur de l’article : N.S Carideal

Depuis tout petit fan d'automobile. Il est question d'essayer et de comparer toutes ces voitures qui nous ont fait réver, avant que celles-ci ne devient uniquement des voitures de collection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.