Paris est neuvième ville la plus lente en Europe

Paris est neuvième ville la plus lente en Europe

Une étude Anglaise, réalisé par une association appelé Keep Moving, a été menée afin de déterminer la vitesse moyenne de circulation dans 30 villes Européennes. Les Parisiens seront ravis d’appendre qu’il existe des villes ou l’on roule plus mal qu’à Paris. Londres en tête avec une vitesse moyenne de 19 km/h par trajet. Berlin 24 km/h, Varsovie 26 km/h, Paris 32 km/h, Lyon 46 km/h.

Paris est neuvième ville la plus lente en Europe
Paris est neuvième ville la plus lente en Europe

C’est dans ces endroits, où les conducteurs sont les plus lents d’Europe, qu’il est le plus difficile de faire l’aller-retour. Les vitesses moyennes sont les conclusions des chercheurs de Keepmoving.co.uk, un site web géré par la société internationale de technologie de l’information sur le trafic ITIS holdings. Keepmoving a analysé la vitesse des voitures dans une zone de 16 miles carrés au centre de ce qu’il appelle les 30 principales villes européennes, en se basant sur les données du système de positionnement mondial recueillies entre juin et septembre 2007. Il existe de nombreuses façons de définir la « congestion », mais dans ce cas, nous avons choisi la vitesse, et avons terminé notre liste à 20 villes, qui ont toutes des vitesses moyennes inférieures à 30 mph, ou 48,2 km/h, ce qui nous a semblé constituer raisonnablement de sérieux problèmes de circulation…

N° 20 Vienne, Autriche

Embouteillage Vienne
Embouteillage Vienne

Vitesse moyenne : 46 km/h

Il n’est pas surprenant que Vienne figure au bas de la liste des villes les plus encombrées d’Europe. Après tout, l’Autriche est le pays de l’Union européenne qui compte le plus grand nombre d’usagers des transports publics. Environ 35 % des trajets effectués à Vienne pendant la semaine le sont par les transports publics, l’un des systèmes les plus étendus au monde. Le réseau routier de Vienne est également très développé. La Südosttangente est la route la plus fréquentée de Vienne, avec 210 000 véhicules automobiles qui la parcourent chaque jour. En plus de promouvoir son système de transport public, Vienne a également mis en place des limitations de vitesse de 30 km dans de nombreuses zones pour calmer la circulation, et elle s’efforce d’élargir les routes pour rendre les trajets domicile-travail plus sûrs pour les piétons.

N° 19 Newcastle, Angleterre

Vitesse moyenne : 42 km/h

Newcastle, située dans le nord-est de l’Angleterre, ne compte que 260 000 habitants. Cependant, environ 430 000 personnes sont employées dans la région. Les 41 % de ces travailleurs se rendent au travail en voiture, tandis que 31 % prennent le train ou le bus. Seulement 1 % des navetteurs se rendent au travail en vélo. La politique de la ville en matière de transport, disponible par les liens suivants sur ce site web, prévoit des améliorations et des extensions des zones piétonnes du centre-ville, davantage de dispositions pour le vélo dans le centre de la ville, l’amélioration du service de bus de la ville et des améliorations sélectives des autoroutes d’ici 2011.

N°18 Cardiff, Pays de Galles

Vitesse moyenne : 24,2 mph ou 39 km/h

Le trafic sur les routes de Cardiff a augmenté de 18 % entre 1993 et 2002, selon une enquête nationale sur le trafic routier, et devrait encore augmenter de 7 à 10 % au cours des cinq prochaines années. Cardiff dessert une population d’environ 1,4 million de personnes, qui vivent à moins de 45 minutes en voiture du centre-ville de la capitale, et environ 69 800 personnes, soit 38 % de la main-d’œuvre de la ville, se rendent chaque jour en ville en voiture. Comme de nombreux autres responsables européens, le gouvernement de Cardiff a encouragé les modes de transport alternatifs, comme la marche, le vélo ou le bus, pour réduire les embouteillages. La ville cherche également à obtenir 500 millions de livres sterling pour financer ses infrastructures de transport.

N° 17 Leeds, Angleterre

Vitesse moyenne : 37 km/h

Afin de réduire le trafic, la ville de Leeds a introduit un service de bus à tarif zéro dans son centre-ville en 2006. Le site web de la ville propose également des informations gratuites sur le trafic en temps réel, qui peuvent être envoyées par SMS sur le téléphone portable. Il contient également des informations sur les programmes de covoiturage, ainsi que les numéros de téléphone des taxis et des cartes téléchargeables des pistes cyclables de la ville. La ville du nord de l’Angleterre est également membre de TravelWise, une organisation britannique qui fait la promotion des modes de transport alternatifs. Afin de sensibiliser le public au transport durable, TravelWise organise une semaine « Walk to School » en mai et une semaine nationale de partage des remontées mécaniques en juin.

N° 16 Prague, République tchèque

Vitesse moyenne : 37 km/h

En janvier, les autorités pragoises ont voté l’adoption d’une taxe sur les embouteillages en 2010, selon laquelle les automobilistes devront payer 3 euros pour entrer dans le centre de la ville. Au fil du temps, la dépendance des citoyens pragois à l’égard des voitures particulières s’est accrue ; de 1988 à 1998, le nombre de voitures par habitant a augmenté de 63 % en République tchèque et de 93 % à Prague. L’utilisation des transports publics a diminué dans le même temps, de 26 % en République tchèque et de 19 % à Prague. La situation n’a fait qu’empirer depuis l’adhésion du pays à l’Union européenne en 2004. Mais elle pourrait s’améliorer. En décembre, la Banque européenne d’investissement a accepté de prêter au pays environ 530 millions d’euros pour des projets de transport, y compris la modernisation du système ferroviaire du pays.

N° 15 Barcelone, Espagne

Vitesse moyenne : 35 km/h

Environ six millions de voyages sont effectués à Barcelone chaque jour, dont un quart en voiture. Quatre millions de déplacements ont lieu chaque jour dans les limites de la ville : 36% par les transports publics, 38% par la voiture particulière et les 26% restants par les piétons ou les vélos. Pour aider à contrôler la circulation et à orienter les passagers sur des itinéraires moins fréquentés, le service catalan de la circulation a installé 67 « panneaux à messages dynamiques » avec des informations actualisées sur l’état des routes dans la ville. Le centre d’information sur la circulation de la ville produit également des programmes de radio et de télévision sur la circulation en tant que service public.

N° 14 Birmingham, Angleterre

Vitesse moyenne : 35 km/h

Avec une population de plus d’un million d’habitants, Birmingham s’est d’abord fait un nom en tant que ville industrielle. Aujourd’hui, les trois quarts de la production économique de la ville proviennent du secteur des services, bien que le village voisin de Castle Bromwich possède toujours une usine de voitures Jaguar. En 2000, la région comptait le plus grand nombre de voitures immatriculées par habitant de toutes les zones métropolitaines du Royaume-Uni, y compris Londres. Il pourrait s’écouler un certain temps avant que les embouteillages ne soient résolus : Le conseil municipal vient de rejeter une proposition de taxe d’embouteillage, bien qu’il envisage un plan de transport public de 1,7 milliard de livres, qui comprend un nouveau système de tramway et des améliorations des services de bus et de train, selon les rapports des journaux locaux.

N°13 Dublin, Irlande

Vitesse moyenne : 35 km/h

L’automne dernier, le Bureau des transports de Dublin a mis les habitants au défi de ne pas conduire un jour par semaine, dans le cadre de sa campagne d’information publique « One Small Step ». Selon une étude du DTO, 52 % des 542 personnes interrogées à la mi-2007 ont déclaré qu’elles utilisaient le plus souvent leur voiture pour se déplacer, et 40 % d’entre elles conduisaient exclusivement leur voiture lorsqu’elles se déplaçaient. Selon l’enquête, si les habitants de Dublin laissaient leur voiture pour un seul déplacement par semaine, il y aurait 200 000 déplacements en voiture de moins chaque jour dans la région du Grand Dublin, qui compte 1,6 million d’habitants.

N° 12 Amsterdam, Pays-Bas

Vitesse moyenne : 34 km/h

Même dans une ville réputée pour ses vélos, les embouteillages restent un problème à Amsterdam. Pourtant, une culture de la bicyclette prévaut : On estime à 600 000 le nombre de vélos que les citoyens utilisent dans la ville, et les pistes et les supports à vélo sont courants. Les fonctionnaires découragent les déplacements en voiture dans le centre-ville ; les frais de stationnement sont élevés et de nombreuses rues ne sont pas ouvertes à la circulation. Si les citoyens doivent conduire, le gouvernement encourage le covoiturage. Pour contribuer à réduire encore la circulation, les autorités d’Amsterdam envisagent également de construire cette année une « ville sous la ville », qui comprendrait des parkings, des cinémas et des salles de sport, sous ses rues historiques du centre-ville. Appelé Amfora, le plan prévoit de déplacer les voitures des rues étroites de la ville afin de réduire la pollution et d’augmenter l’espace pour les parcs, les cafés et les magasins.

N°11 Munich, Allemagne

Vitesse moyenne : 32 km/h

Munich est la troisième plus grande ville d’Allemagne, avec 1,3 million d’habitants, et 2,9 millions d’autres dans la grande région métropolitaine. Environ 531 personnes sur 1 000 à Munich possèdent une voiture. Pour réduire la circulation, Munich a élargi les routes dans les zones les plus encombrées de la ville, augmenté le nombre de pistes cyclables et amélioré ses systèmes régionaux de transport rapide et de métro, le S-bahn et le U-bahn. Cependant, en mars, la ville a abandonné les plans de construction d’une liaison ferroviaire à grande vitesse entre son aéroport et le centre de la ville, affirmant qu’à 3 milliards d’euros, elle serait trop chère à construire.

N°10 Belfast, Irlande du Nord

Vitesse moyenne : 32 km/h

De 1996 à 2004, le pourcentage de résidents d’Irlande du Nord utilisant la voiture est passé de 79,9 % à 82 %, selon TravelWise Northern Ireland, une agence créée par le ministère du développement régional d’Irlande du Nord pour encourager les citoyens à rechercher des moyens de transport alternatifs, comme se rendre au travail à pied ou à vélo, sur de courtes distances. Pire encore : la moitié des conducteurs de la région passent moins de deux miles au volant. Cette année, l’agence a lancé une journée officielle de covoiturage le 10 avril.

N°9 Paris, France

Vitesse moyenne : 31 km/h

Avec les grèves de métro et de taxi qui se produisent régulièrement – et les embouteillages qui restent un problème – Paris offre désormais de nouveaux moyens de transport aux citoyens et aux touristes : les vélos. L’été dernier, le maire Bertrand Delanoë a mis en place un système de vélos en libre-service appelé « Vélib ». Fin 2007, des stations Vélib’ étaient installées tous les 900 pieds autour de la ville, soit un total de 1 451 emplacements et 20 600 vélos. Les cyclistes peuvent louer des vélos pour quelques heures, une journée ou une semaine entière de travail. M. Delanoë espère que ce plan permettra de réduire la circulation automobile de 40 % d’ici 2020.

N°8 Bristol, Angleterre

Vitesse moyenne : 31 km/h

Une étude de 2005 du Greater Bristol Transportation prévoit que, d’ici 2031, le nombre de véhicules sur les routes de la ville du sud-ouest de l’Angleterre augmentera de 34 % pendant l’heure de pointe du matin. Le GBSTS a basé ses prévisions de déplacements sur les 138 000 logements actuels de la zone étudiée, avec une croissance démographique prévue de 245 000 personnes par rapport aux 990 000 logements actuels. Le GBSTS s’attend également à ce que Bristol ajoute 95 000 emplois, ce qui augmenterait sa population active actuelle de 500 000 personnes. Selon les médias de l’année dernière, le gouvernement de Bristol pourrait envisager son propre plan de tarification des encombrements, mais il ne serait pas mis en œuvre avant 2013 au plus tôt.

N°7 Glasgow, Écosse

Vitesse moyenne : 30 km/h

Le taux de motorisation à Glasgow et dans ses environs a augmenté plus rapidement que dans d’autres régions d’Écosse. En fait, le taux de motorisation a augmenté de 92 % entre 1984 et 2004, passant de 163 véhicules pour 1 000 habitants à 313 véhicules pour 1 000 habitants. Plus de 1,8 million de travailleurs se rendent à Glasgow, et environ la moitié des personnes qui travaillent dans la ville se déplacent quotidiennement en dehors de ses limites. Les projections du gouvernement en 1996 prévoyaient que le trafic augmenterait d’environ 38 % d’ici 2016, à moins que des changements majeurs ne soient apportés à la politique des transports. Heureusement, la ville a mis en œuvre un certain nombre de stratégies pour améliorer les conditions de circulation grâce à son initiative « Keep Glasgow Moving », lancée en 2003 et renouvelée en 2007.

N° 6 Rome, Italie

Vitesse moyenne : 30 km/h

Rome est confrontée à des problèmes de circulation depuis les années 1970 et 1980, lorsqu’elle a interdit la circulation non autorisée dans le centre de la ville pendant les jours ouvrables. Plus récemment, la congestion due à la vie nocturne a conduit la ville à créer d’autres zones à circulation limitée, dans les quartiers de Travastere et de South Lorenzo. Voici la dernière solution en date pour lutter contre l’engorgement de la circulation à Rome : En 2006, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology ont utilisé les données des réseaux de téléphonie mobile de la ville pour créer des cartes de circulation en temps réel montrant comment les gens se déplacent dans la ville, un projet qu’ils ont appelé Real Time Rome.

N°5 Édimbourg, Écosse

Vitesse moyenne : 30 km/h

Environ 160 000 véhicules entrent chaque jour dans la capitale écossaise, ce qui est considérable compte tenu de sa population de seulement 463 510 habitants. La ville prévoit que le nombre de véhicules entrant dans la ville atteindra 180 000 d’ici 2012. Le gouvernement d’Édimbourg a rejeté une proposition de tarification des embouteillages en 2004. Cependant, depuis 2000, il a investi 130 millions de livres dans l’amélioration des transports. Une partie de ces investissements a permis de réduire la circulation automobile : L’utilisation des bus a augmenté à Édimbourg, les Lothian Buses transportant environ 25 % de passagers de plus qu’en 1997. Un quart des habitants d’Édimbourg se rendent au travail à pied ou à vélo, soit le taux le plus élevé d’Écosse.

N° 4 Manchester, Angleterre

Vitesse moyenne : 28 km/h

Manchester envisage un plan de tarification des embouteillages similaire à celui de sa ville sœur, Londres. La croissance économique continue de Manchester a conduit à une augmentation de 25% du nombre de propriétaires de voitures environ tous les 10 ans, a déclaré son gouvernement. Si ce plan est mis en œuvre, les automobilistes pourraient devoir payer jusqu’à 5 livres sterling pour entrer et sortir du centre de Manchester aux heures de pointe. S’il est adopté par le gouvernement, ce système devrait être mis en place d’ici 2012. Jusqu’à présent, les sondages d’opinion publique sur la proposition semblent divisés : 53% des personnes interrogées par la Manchester Transportation Authority sont favorables à la proposition, tandis que 40% s’y opposent.

N°3 Varsovie, Pologne

Vitesse moyenne : 26 km/h

Avec une population de 1,69 million d’habitants, Varsovie est la plus grande ville de Pologne et la huitième ville de l’UE. Contrairement à la plupart des capitales européennes, Varsovie ne dispose pas de véritables voies de contournement, de sorte que toute la circulation passe par les rues de la ville, ce qui favorise les goulets d’étranglement. Pour compenser, la capitale polonaise dispose de l’un des systèmes de métro les plus récents d’Europe, le Metro, inauguré en 1995.

N°2 Berlin, Allemagne

Vitesse moyenne : 19 km/h

En 2006, la capitale allemande comptait plus de 1,2 million de voitures immatriculées, ce qui signifie que plus d’un tiers de ses 3,395 millions d’habitants conduisaient un véhicule. Pour aider à lutter contre la congestion, l’État de Berlin, Daimler Chrysler Services et Siemens ont formé un partenariat public-privé pour créer VerhensManagementZentrale, un projet de gestion du trafic de 16 millions d’euros lancé en 2001 et achevé en 2003. Le site web de la VMZ présente des informations en direct sur le trafic et suggère également les meilleurs itinéraires aux passagers, en utilisant une combinaison de données en temps réel sur le trafic, les temps de parcours et les horaires des transports publics.

Articles similaires

N° 1 Londres, Angleterre

Vitesse moyenne : 19 km/h

Afin d’atténuer ses problèmes de circulation, Londres a mis en place un plan de zones de péage urbain en 2003. Dans une certaine mesure, ce plan a fonctionné. En 2006, le trafic automobile entrant dans le centre de Londres était inférieur de 21 % à celui de 2002, juste avant l’introduction de la redevance. Pourtant, en moyenne, 1,11 million de personnes sont entrées dans la ville en semaine au cours de la pointe du matin en 2006, soit une augmentation de 4,6 % par rapport à l’année précédente.

Estimation prix voiture

Auteur de l’article : Nicolas SCHIAVON

Je suis tombé tout petit dans la marmite automobile. Ayant eu un garage de marque automobile, mandataire automobile de la première heure dès 1999. J'ai créé ces premiers sites de vente de voiture et blog automobile dès 1994. J'ai pu essayer beaucoup de voitures très différentes et ayant eu personnellement quelques belles autos, Subaru Impreza, Mitsubishi Lancer Evo 7, Porsche 911, Ferrari Testarrossa, Audi RS3, RS4 et j'en passe...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.