LE GOUT DE L’EXCELLENCE CITROEN WRC

Banzet-Quesnel-Todt-citroen-wrc-carideal-mandataire-automobile.JPG

Avec 7 titres constructeurs Citroen n’est plus qu’à titres mondiaux du record absolu de Lancia vainqueur à 10 reprises du Championnat du monde des Rallyes WRC.

L’année 2012 pourrait être pour vous une année d’anniversaires : trente ans dans le groupe PSA Peugeot Citroën, trois ans à la tête de Citroën, et déjà trois nouveaux titres de champion du monde des Constructeurs ! Joli bilan, non ?
Frederic-BANZET-carideal-mandataire-automobile.jpg Frédéric Banzet: Il est encore plus beau quand on regarde nos résultats à partir de 2003, année depuis laquelle nous participons au programme complet du Championnat du monde des rallyes (WRC). Huit titres Pilotes/Copilotes consécutifs, sept titres Constructeurs : en moins d’une décennie, Citroën a laissé une empreinte quasi unique sur le sport automobile. Nous avons une chance incroyable, celle de disposer de la meilleure équipe possible. Citroën Racing, c’est la Ferrari du rallye I

La meilleure équipe et le meilleur pilote. Cela ne doit pas vous étonner que Michael Schumacher ait été le premier à féliciter Sébastien Loeb quand celui-ci a battu son record de sept titres mondiaux ?
F. B. Non, des champions de cette trempe savent ce qu’une telle performance signifie. Sébastien Loeb est entré dans un cercle très fermé, celui des grands sportifs dont [‘histoire se souviendra. Citroën et Sébastien Loeb ont construit leur histoire ensemble. «L’un sans l’autre, c’est comme Paris sans la tour Eiffel l„ Les valeurs qui nous animent sont d’ailleurs identiques : une exigence absolue, dont l’humilité est un des moteurs.
Humilité? Mais Citroën aurait de quoi montrer davantage d’arrogance. On parle encore d’un « règne » de l’Audi Quattro en WRC, dans les années 80. Pourtant, Audi n’a jamais remporté que deux titres Constructeurs…
F. B.: De l’arrogance;.sûrement pas ! Plutôt de la fierté, de l’ambition, celle de continuer à être les meilleurs. Se maintenir au sommet est bien plus difficile que d’y parvenir. Citroën Racing dessine le mode de fonctionnement que nous voulons avoir dans l’entreprise : des équipes qui ont le goût de l’excellence, focalisées sur le résultat, où succès et échecs ne peuvent être que collectifs, des équipes qui ont l’humilité de toujours se remettre en question et d’être attentives à ce que fait la concurrence. Le WRC porte tout cela à un degré extrême. C’est également un élément de motivation interne, do fierté pour les salariés de Citroën et du groupe PSA Peugeot Citroën tout entier.

citroen-ds3-wrc-neige-carideal-mandataire-auto.jpeg

Tout réussi à la Citroen DS3 WRC

Fierté justifiée au vu du chemin parcouru. À la fin des années 90, quand Citroën s’est orientée vers le WRC, la Marque n’était pas florissante…
F. B. : C’est le cas de le dire. Nous ne faisions plus de conquête, n’avions plus comme clients que des anciens clients. Certes, nous proposions encore de bonnes voitures, niais banalisées, sans les aspérités qui caractérisent la Marque, c’est-à-dire des innovations dans le style ou les pres­tations, capables de créer le décalage, la surprise, l’envie, le désir. Citroën était devenue une marque discount. Ledébut des années 2000 correspond au renouveau de la Marque, avec le lancement d’une gamme aux lignes plus jeunes, plus modernes. Le WRC est un accompa­gnateur fort du phénomène de renaissance de Citroën. ll aide à nous remettre dans la shopping Iist des consom­mateurs, notamment des jeunes.

Des jeunes qui ne sont pas forcément des acheteurs. Pour une marque généraliste comme Citroën, le public des rallyes n’est-il pas trop restreint, trop masculin ?
F. B. : Je ne le pense pas. D’abord, il y a beaucoup de femmes qui s’intéressent au rallye. Ce qui caractérise le WRC, en plus de la compétition elle-même, c’est l’esprit d’équipe qui anime la discipline, et qui est une valeur réellement partagée par les hommes et les femmes. C’est tout d’abord le tandem pilote et copilote qui se bat pour la victoire, mais aussi l’ensemble de l’équipe. Et puis les femmes, comme les hommes, aiment le sport, et parfois les plus virils, donc on ne peut pas catégoriser ainsi. De plus, le rallye est populaire dans le sens où il est accessible à tous, et trouve des fans dans toutes les catégories socioprofessionnelles sans éli­tisme, c’est un sport où innovation, technologie et audace sont les clés du succès et c’est bien ce que je souhaite pour Citroën.

 » CITROEN, C’EST UNE RELATION DE PROXIMITE. ON TROUVE LA MEME CHOSE SUR LES RALLYES LE PUBLIC PEUT APPROCHER DES VOITURES, LES VOIR EN ACTION, OBSERVER CE QUI SE PASSE DANS LE PARC D’ASSISTANCE. « 

Peugeot a décidé d’arrêter son programme d’endu­rance. Au plus fort de la crise économique, vous êtes-vous posé la question pour Citroën en WRC ?
F. B.: Bien évidemment. Le WRC est un investissement important, qui n’est d’ailleurs envisageable qu’avec le soutien de nos sponsors. Mais l’histoire que Citroën et Sébastien Loeb écrivent ensemble est trop belle pour s’arrêter en chemin. Citroën est une marque qui poursuit sa transformation, qui monte en gamme tout en restant populaire, c’est-à-dire accessible, proche des consom­mateurs. Le rallye nous rend encore plus exigeants. C’est un véritable laboratoire technologique. Il renforce notre compétence technique, par exemple sur les liaisons au sol ou la suspension hydractive, une maîtrise qui bénéficie ensuite aux automobiles de série. Entre Citroën Racing et la direction Recherche & Développement du groupe PSA, les échanges sont multiples et vont dans les deux sens.

Votre choix du WRC semble un mélange de raison et de passion. Est-il néanmoins compatible avec les exigences environnementales ?
F. B.: C’est en effet un mélange de raison et de passion. Un choix raisonné, puisque nos études montrent les béné­fices du rallye sur l’image de la marque Citroën. Et un choix passionné, car l’exigence, l’audace, la créativité qu’incarne ce sport sont dans nos gènes. Mais la course profite éga­lement à l’environnement, puisque nous y progressons sans cesse dans l’efficience énergétique de nos motori­sations thermiques. On peut imaginer que dans dix ans, les solutions hybrides représenteront jusqu’à 10 % du marché mondial. Le rallye va-t-il s’y convertir ? Question à creuser. Pourquoi ne pas imaginer des voitures de com­pétition hybrides, roulant à zéro émission pour les étapes de liaison et en thermique pour les spéciales ?

« LA VOCATION DU RALLYE N’EST PAS D’INTRODUIRE UNE INNOVATION TECHNOLOGIQUE PARTICULIÈRE, MAIS CELUI-CI IMPOSE LA POURSUITE D’UNE DYNAMIQUE CRÉATIVE. LA DS3 WRC ÉVOLUE TOUT AU LONG DE LA SAISON, POUR CONSERVER EN PERMANENCE UN « COUP D’AVANCE ». »

Forts de leurs 44 ans de partenariat, Citroen et Total utilisent le WRC pour développer et tester des évolutions technologiques assurant une parfaite adéquation entre lubrifiants et éléments mécaniques. Les connaissances acquises permettent de proposer les meilleures solutions au grand public.

Auteur de l’article : N.S Carideal

Depuis tout petit fan d'automobile. Il est question d'essayer et de comparer toutes ces voitures qui nous ont fait réver, avant que celles-ci ne devient uniquement des voitures de collection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.