La formule 1 se déchire au tribunal

La formule 1 se déchire au tribunal

C’est digne de Dallas avec ses JR et Sue Ellen, là on est face à Ferrari, la FIA la FOTA Max Mosley et Bernie Ecclestone. L’écurie Ferrari a annoncé qu’elle attaque la FIA en justice, tandis que la FIA elle, attaque la Fota (association des constructeurs de F1). Huit écuries sont partantes pour se retirer du championnat du monde de F1 en 2010 ! Quel Camouflet pour la FIA !

La formule 1 se déchire au tribunal
La formule 1 se déchire au tribunal

Peser les rivaux de la F1

L’annonce par huit des dix équipes de Formule 1 de leur intention d’aller de l’avant avec leur projet de création d’un championnat échappatoire l’année prochaine signifie que le sport est prêt pour un été de batailles politiques intenses.

Malgré la menace du groupe de coordination des équipes, les équipes de Formule 1
(Fota), la conclusion préférée de toutes les parties reste un arrangement qui verrait toutes les équipes actuelles courir en F1 l’année prochaine.

Mais la Fota et Max Mosley, le président de l’organe directeur de la F1, la FIA, s’engageront dans la mère de toutes les luttes de pouvoir avant qu’un quelconque compromis ne soit trouvé.

Alors que la F1 se remet des retombées de l’annonce tardive de Fota, il pourrait être utile d’essayer de couper dans le brouillard de la pirouette et d’analyser la position de chaque camp, et les forces – ou non – de leur position.

Stefano Domenicali, patron de l’équipe Ferrari, et Ross Brawn, propriétaire de l’équipe Brawn

LA FIA Ce qu’elle veut :

M. Mosley a clairement indiqué qu’il estime que la F1 n’est pas viable dans le contexte de la crise financière mondiale actuelle si les coûts restent à leur niveau actuel. Il veut introduire un plafond budgétaire, et il a modifié les règles pour la saison prochaine afin de le fixer à 40 millions de livres sterling. Les équipes peuvent choisir si elles veulent opérer sous ce plafond, mais celles qui le font bénéficieraient de libertés techniques qui leur donneraient un avantage décisif en termes de performance.

Mosley estime que la F1 est en grand danger s’il n’introduit pas ce plafond. Selon lui, jusqu’à trois des constructeurs automobiles actuellement présents dans ce sport pourraient se retirer à la fin de cette saison – et il les a nommés Renault, BMW et Toyota.

Il affirme qu’en réduisant les coûts à 40 millions de livres par an, il supprimera cette menace, car les conseils d’administration de ces sociétés n’auraient alors plus aucune raison de se retirer du sport, car leurs coûts seraient couverts par l’argent qu’ils reçoivent du détenteur des droits commerciaux, Formula 1 Management (FOM), sous la direction de Bernie Ecclestone.

M. Mosley est également déterminé à conserver le pouvoir de la FIA – un pouvoir qui a été considérablement accru depuis qu’il a laissé l’accord de la Concorde, qui régissait le sport et consacrait les droits des équipes, expirer en 2007.

Il s’est dit prêt à signer un nouvel accord de la Concorde et a déclaré qu’il supprimerait une clause du règlement qui, selon les équipes, lui permet de modifier unilatéralement le règlement quand il le souhaite.

Il a également déclaré aux équipes qu’il était prêt à abandonner les règles à deux niveaux et à faire un compromis sur le plafond des coûts, en introduisant un plafond provisoire de 100 millions de livres sterling l’année prochaine avant de passer à 40 millions de livres sterling en 2010. Mais il ne l’abandonnera pas complètement.

Ce que la FIA a prévu pour lui :

Elle possède le championnat du monde de Formule 1 de la FIA.

La FOM a des contrats avec des sociétés de télévision qui les engagent à couvrir la F1, bien que certains d’entre eux comportent des clauses qui annuleraient ces contrats dans certaines circonstances (la station italienne RAI, par exemple, a la présence de Ferrari garantie dans son contrat).

La FIA et la FOM ont des contrats en cours avec la plupart des circuits actuels, bien que cela ne s’applique pas à Silverstone.

La formidable intelligence de Mosley – il est un opérateur politique incroyablement pointu.

FOTA Ce qu’elle veut :

Les huit équipes de Fota sont Ferrari, McLaren, Renault, BMW Sauber, Toyota, Red Bull, Toro Rosso et Brawn.

Elles s’engagent à réduire les coûts, mais elles rejettent l’idée d’un plafonnement des coûts. Elles veulent réduire les budgets en limitant les dépenses à la source – par exemple, en réduisant le temps qu’elles sont autorisées à passer dans une soufflerie ou le nombre de modifications qu’elles peuvent apporter à leurs voitures au cours d’une saison.

Ils veulent avoir davantage leur mot à dire dans le processus d’élaboration des règles, et le rétablissement de la convention de la Concorde qui, entre autres, consacre le rôle des équipes dans le processus d’élaboration des règles.

Ils veulent ce qu’ils décrivent comme une répartition plus équitable des bénéfices du sport, qui sont actuellement partagés à parts égales entre les équipes et la société qui détient les droits commerciaux de la F1, un groupe de capital-risque appelé CVC qui les a rachetés à la FOM il y a trois ans.

Ils souhaitent également un changement dans la manière dont le sport est régi, avec une plus grande stabilité des règlements et la fin des changements continus effectués par Mosley, et ce qu’ils perçoivent comme la manière autocratique dont il dirige le sport.

Enfin, la Fota veut mettre un terme à l’évolution actuelle de la F1 vers des courses dans des endroits où personne ne vient regarder – soit parce qu’il ne peut pas payer le prix des billets, soit parce qu’il n’est pas intéressé – mais dont les gouvernements sont prêts à payer des frais énormes pour accueillir un grand prix, et à garantir à la place des courses dans le cœur historique du sport et, en particulier, aux États-Unis, un marché critique pour toutes les compagnies automobiles.

Ce que la Fota a fait pour cela :

Ferrari – de loin le nom le plus célèbre du sport, et qui, selon les sondages, est la raison pour laquelle un tiers de tous les fans regardent la F1.

Presque toutes les autres grandes écuries – dont McLaren, la deuxième équipe de F1 la plus titrée, Renault, qui a une histoire de plus de 30 ans en F1, et les grands constructeurs automobiles tels que BMW et Toyota.

Tous les meilleurs pilotes – y compris des noms connus dans le monde entier comme Lewis Hamilton, le champion du monde en titre, et Fernando Alonso, le pilote actif le plus performant. Et l’homme qui a toutes les chances d’être champion du monde cette année – Jenson Button.

Très probablement le Grand Prix de Monaco, la course la plus célèbre du sport automobile et le joyau de la couronne de la F1. Il est entendu que Monaco n’est pas engagé contractuellement dans la F1, donc il est libre de faire ce qu’il veut. Et le Prince Albert de Monaco a fortement insinué dans une interview à la BBC lors de la course de cette année qu’il ne pouvait pas envisager sa course sans Ferrari.

Articles similaires

LES PROCHAINES ÉTAPES

Ce n’est pas parce que les équipes disent qu’elles préparent un championnat d’évasion qu’il va y en avoir un.

Beaucoup d’ego sont impliqués dans ce conflit, mais tous connaissent les dangers qu’il y aurait s’il y avait vraiment une séparation. Ils sont tous conscients que les courses de monoplaces en Amérique ne se sont toujours pas remises de la scission entre les équipes de tête et les 500 d’Indianapolis en 1995.

Le résultat le plus probable reste donc que, finalement, les deux parties arriveront à un compromis qui permettra à la F1 de continuer l’année prochaine comme elle le fait actuellement.

Mais la manière dont le sport sortira de cette impasse est une toute autre question.

Quelle liste de participants Mosley publiera-t-il demain ? Si les grandes équipes n’y figurent pas, comment cela sera-t-il résolu ? Si elles y figurent, que se passera-t-il alors ? Quelles mesures juridiques chaque partie prendra-t-elle pour poursuivre ses objectifs ? Comment arrivera-t-on à un compromis sans que certains des égos impliqués ne soient percés ? Ce ne sont là que quelques-unes des questions qui doivent être résolues.

La question sous-jacente est la gouvernance de la F1 – et en particulier le leadership de Mosley. Fota n’est plus prête à accepter que la FIA ait un pouvoir absolu, et la force de l’unité des équipes peut être jugée par leur volonté de rester unies jusqu’à présent malgré toutes les tentatives de les séparer.

Parmi celles-ci, on peut citer la fuite par Mosley du fait qu’en 2005, il avait offert à Ferrari – qui a accepté – un droit de veto sur toutes les futures modifications de la réglementation (un contrat que Ferrari dit avoir été rompu par la FIA en introduisant le plafond des coûts pour 2010).

Loin de créer un fossé entre les équipes et Ferrari, cette information a servi à renforcer leur lien – ils y ont vu la preuve de ce qu’ils perçoivent comme une corruption endémique dans la manière dont Mosley dirige la F1.

Le mot d’ordre en F1 en ce moment est que la seule solution possible serait que Mosley ne se représente pas aux élections de la FIA en octobre. Mais les chances que Mosley le fasse volontairement doivent être considérées comme minces.

Il est difficile de voir comment cette question pourra être résolue sans qu’il y ait des pertes importantes en cours de route.

Estimation prix voiture

Auteur de l’article : N.S Carideal

Depuis tout petit fan d'automobile. Il est question d'essayer et de comparer toutes ces voitures qui nous ont fait réver, avant que celles-ci ne devient uniquement des voitures de collection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.