Essai Renault Clio 1.2 TCE EDC Initiale Paris

Renault Clio TCE 120 EDC Initiale Paris
Renault Clio TCE 120 EDC Initiale Paris

 

ESSAI
LA CLIO À SON APOGÉE
Version la plus chic et la mieux équipée de la gamme Dia, cette nouvelle livrée Initiale Paris se conjugue à merveille avec le moteur 1.2 TCe à boîte EDC: le meilleur attelage pour la reine des voitures françaises !
Il y a eu les Baccarat dans les an­nées 80, puis les Initiale la décennie sui­vante. Des labels « de luxe » destinés à porter les Renault de l’époque (Supers, Clio I, R25 et Safrane) un cran plus haut en prestations et en présentation. La marque renoue avec cette pratique à tra­vers la griffe Initiale Paris qui trouvera sa pleine expression avec l’Espace V, attendu en avril prochain. Pour
lui ouvrir la voie, la Clio endosse d’ores et déjà cette nouvelle livrée haut de gamme.
Posée sur de grandes jantes de 17 pouces qui soulignent bien sa ligne élégante, la Clio arbore fiè­rement cette griffe Initiale Paris avec pas moins de cinq inscriptions visibles à l’extérieur : dans les projecteurs, en incrustation sur les baguettes latérales et en gros sur le hayon. Les nombreuses touches de chrome confirment le statut chic, alors que les coques de rétroviseurs laquées de noir font écho au masque sombre des phares.
Avec ce nouveau costume de scène, la Clio réclame un portefeuille plus garni qu’à l’habitude. Notre version 1.2 TCe de 120 ch à boîte EDC est facturée 23 800 E, soit 3350€ de plus que la fmition Intens déjà bien dotée. Heureusement, l’équipement de l’Initiale Paris suit la même inflation : feux xénon avec signa­ture lumineuse exclusive, sièges, planche de bord et volant couverts de cuir avec surpiqûres, décors intérieurs as: la teinte de caisse, système R-Link caméra de recul et tapis de sol sont d’équipements optionnels ou indisponibles sur la Clio Intens. Mais si tout ceci participe à l’ambiance haut de gamme quelques détails chagrinent comme le manque d’épaisseur du cuir au toucher ou la pureté de l’habillage de la planche de bord mise à mal à cause des joints trop visibles de l’airbag face au conducteur. Quant à l’instrumentation derrière le volant, elle reste trop utilitaire dans son aspect. On la retrouve d’ailleurs sur la planche de bord du Renault Trafic !
Mécanique douce
Avec son quatre cylindres turbo 120 ch branché à une boite à double embrayage à six rapports, la Clio profite d’un attelage idéal. La mécanique est si­lencieuse en ville, la transmission sans à-coups et la direction douce. Les per­formances permettent d’envisager un long parcours avec sérénité. Cette Clio essence à boîte auto est affichée à 120 g de CO2/km loin du malus écologique grâce à ses 5,2 1/100 km en consomma­tion mixte homologuée.

Renault Clio TCE 120 EDC Initiale Paris
Renault Clio TCE 120 EDC Initiale Paris

Nos chiffres sont moins flatteurs : 7 1/100 km relevés sur route et environ 8 1/100 km en ville. Aisée à mener grâce à l’automatisme de sa transmission, la Clio 1.2 TCe EDC déçoit un peu en confort. Les grandes jantes et les pneus taille basse engagent ici un contact plus rude avec la route que la suspension n’endigue pas, surtout à basse vitesse. Un peu plus de moelleux aurait mieux collé à l’ambiance cosy de l’habitacle.
En grimpant l’échelle sociale, la Clio approche les Audi A1, Citroën DS3 et Mini 5 portes. Une concurrence rude avec laquelle la Renault aura du mal à composer car elle n’a pas l’image de marque de l’Audi, le dynamisme de la DS3 ou le caractère « fashion » de la Mini. Mais elle s’en moque, car elle en offre plus que ses concurrentes en termes d’équipement et sa cible prioritaire est son éternelle rivale la Peugeot 208. La so­chalienne endosse elle aussi un costume chic en version XY, mais sans bénéficier d’une mécanique essence/boite auto aussi agréable que celle de la Renault.
Bilan
Quelques petites fausses notes gâchent à peine le plaisir que procure, cette Renault plutôt charmante. Son attelage moteur TCe-boîte EDC sied bien à son tempérament de citadine, même si la consommation n’est pas aussi basse qu’annoncée. Enfin, pour ceux qui ne visent que la livrée chic, autant se tour­ner vers la version essence trois cylin­dres TCe de 90 ch (21 700 e), alors que les gros rouleurs peuvent opter pour le dCi de 90 ch (24 000 ‘€).

 

Auteur de l’article : Nicolas SCHIAVON

Je tombé tout petit dans la marmite automobile. Ayant eu un garage de marque automobile, mandataire automobile de la première heure dès 1999. J'ai créé ses premiers site de vente de voiture et blog automobile dès 1994. J'ai pu essayer beaucoup de voitures très différentes et ayant eu personnellement quelques belles autos, Subaru Impreza, Mitsubishi Lancer Evo 7, Porsche 911, Ferrari Testarrossa, Audi RS3, RS4 et j'en passe...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.