Nouvelle Dacia Sandero TCe 90

nouvelle-sandero.jpg

Jusque-là, chez Dacia, il fallait choisir entre économie et écologie. Les moteurs essence étaient gourmands et les diesels polluants. Aujourd’hui, le nouveau 3 cylindres turbo essence réunit le meilleur des deux mondes. De plus, il rend cette nouvelle Sandero très agréable à conduire.

« Nous anticipons une hausse du niveau d’exigence de nos clients, principalement en matière de confort. » Ces propos de David Holderbach, directeur de gamme produit Entry ( ndlr : les modèles Dacia ou Renault (, résument bien la philosophie de cette seconde génération de Sandero. Certes, ce n’est pas une révolution, mais l’évolution n’est pas négligeable.

Qu’est-ce qui change esthétiquement par rapport à la première Sandero ?
On peut dire que la berline compacte 5 portes de la marque « low cost » de Renault s’est offerte une seconde jeunesse. Ses lignes, tout en restant simples, sont plus valorisantes et plus dynamiques. C’est principalement la face avant qui évolue. A la fois pour améliorer l’aérodynamisme mais aussi pour répondre aux nouvelles normes de choc piéton. La physionomie générale a aussi évolué avec une longueur et une largeur légèrement plus importantes ( respectivement +38 et +7mm ) et une hauteur abaissée de 16 mm. En fait, il existe aujourd’hui deux Sandero. La première est destinée aux pays émergents où les routes sont cabossées. Elle conserve donc une garde au sol importante. La seconde s’adresse aux pays occidentaux ( dont la France ) et possède une hauteur de caisse réduite afin d’améliorer l’aérodynamisme et donc de diminuer les émissions de CO2.

CONSOMMATION ( l/100 km )
-Cycle mixte : 5,2
-Cycle urbain : 6,7
-Cycle extra-urbain : 4,3

EMISSION DE CO2 ( g/km )
-Cycle mixte 120

Quels sont les changements à l’intérieur ?
Si la nouvelle Sandero ne profite pas de ses dimensions légèrement supérieures pour accroître son habitabilité, elle demeure toujours une référence pour un véhicule dépasse à peine les 4 m de long ( 4,058 m ). Elle est par exemple plus vaste que la Clio 4, pourtant plus longue. Son coffre est aussi plus grand que celui de sa cousine ( 320 l vs 300 l ). La modularité fait également son apparition dès la version de basse avec une banquette arrière repliable 2/3, 1/3. Sans être franchement chic, la présentation est moins austère, mais surtout « l’informatique » fait une entrée fracassante à bord. En effet, jusque-là, la Sandero avait résisté au multiplexage, ce qui a d’ailleurs contribué à sa remarque fiabilité. Pour intégrer de nouveaux équipements comme le régulateur/limiteur de vitesse, l’aide au parking arrière ou le système multimédia, elle a dû franchir le pas. L’avenir nous dira si les discours rassurants sur la parfaite maîtrise de cette technologie sont justifiés… Toujours est-il que grâce au multiplexage, notre rustique roumaine offre désormais un système de navigation. Le système Media Nav, vendu 240€ seulement, intègre un excellent GPS avec affichage 2D/3D, un écran tactile 7 pouces ( 18 cm ), un système Bluetooth, des commandes au volant et très honnête. Des prestations très souvent absentes des voitures d’occasion proposées aux mêmes tarifs que notre Sandero.

Le low cost nuit-il à l’agrément de conduite ?
Non, au contraire ! Comme la Sandero ne propose pas de jantes de diamètre démesuré, ni de pneus taille basse, ainsi qu’un tarage de suspensions souple ( un peu moins que l’ancienne ), elle offre un confort de roulemnt supérieur à la grande majorité des berlines compactes. L’insonorisation a également été améliorée et cette version dotée du nouveau 3 cylindres turbo essence de Renault est plutôt silencieuse, même à 130 km/h sur autoroute. La simplicité de la conception est aussi un atout en matière de poids. La Sandero TCe n’a que 962 kg à mouvoir et ça se sent. Ses accélérations sont très honnêtes ( 0 à 100 km/h : 11,1 s) et le petit moteur fait preuve d’une belle souplesse et d’une vigueur largement suffisante vue la philosophie de l’auto. Notre Dacia n’a en effet rien d’une sportive. Sa direction ( assistée en série ) n’est pas très incisive ; son freinage manque un peu de mordant, mais l’équilibre très neutre du comportement est rassurant, d’autant que l’ESP est désormais livré en serie. Pas mal pour du low cost !

Est-elle écolo ?
Une autre erreur consiste à croire que ce qui n’est pas cher ne répond pas forcément au dernier standard en matière d’environnement. Certes, cette Sandero TCe ne dispose pas d’un stop&start comme la Clio équipée du même moteur, mais elle n’a pourtant pas à rougir de la comparaison en ce qui concerne les consommations. A bon rythme, sur route et autoroute, nous avons relevé 6,9 l /100 km. C’est un peu plus que la Clio 4 mais c’est beaucoup moins que l’ancienne Sandero équipée du moteur 1.6 MPI 85 ch. En cycle mixte normalisé, la version TCe 90 affiche 5,2 l/100 km, soit 120 g de CO2/km quand la 1.6 MPI réclamait 6,7 l/100 km, ce qui correspond à des émissions de CO2 de 155 g/km. Précisons que la voiture est dotée d’une touche ECO qui permet, en modifiant la cartographie moteur et la réponse de la pédale accélérateur, d’économiser encore 10% de carburant. Nous avons fait une courte boucle sur route, mode ECO activé. Le dynamisme est singulièrement entamé mais, le pied léger, nous sommes parvenus à réaliser 5,5 l/100 km. Cette Sandero est donc bien la plus frugale des Dacia essence et sans doute la plus écologique en attendant l’arrivée du modèle 1.2 16V 75 GPL.

Combien ça coûte ?
Mieux pour pas plus cher ! Ca pourrait être le slogan de cette nouvelle Sandero. La version TCe 90 démarre à 9900€ et le « haut de gamme » Lauréate culmine à 11 000€, une affaire compte tenu des prestations. Le diesel 1.5 dCi 90, plus cher et il est également plus onéreux à l’entretien. Il faut vraiment être un gros rouleur pour y voir un intérêt.

Fiche technique
Moteur à essence
-3 cylindres, turbo 898 cm3
-Puissance maxi : 90 ch ( 66KW ) à 5250 tr/min
-Couple : 135 Nm à 2500 tr/min
Transmission
-Boîte à 5 rapports
-Traction avant
Performances
-Vitesse maxi : 175 km/h
-0 à 100 km/h : 11?10s
Garantie
-3 ans

Que retenir ?
Cette nouvelle Sandero ne manque pas d’atouts. Ce n’est toujours pas un canon de beauté, mais elle est un peu plus sexy qu’avant. Dans cette version TCe 90, elle est aussi plus performante, plus agréable à conduire, mieux équipée, plus sobre et moins polluante que l’ancienne 1.6 MPI 85 tout en restant très confortable et très habitable. Ce nouveau moteur moderne est également une alternative très séduisante au diesel pour eux qui roulent beaucoup en ville ou font moins de 15 000 km/an. Enfin, malgré tous ces progrès, elle n’est pas plus chère. Un exploit !

Les + : Prix-prestations / Confort / Agrément moteur
Les – : Aucun à ce prix !

Pollution
Etonnant ce petit moteur 3 cylindres turbo essence ! Grâce à des émissions d’oxydes d’azote extrêment basses et un appétit mesuré qui limite les émissions de CO2, il fait de cette Sandero une vraie voiture écologique. Sa note écologique est en effet de 12,6/20. C’est mieux que le meilleur diesel vendu sur le marché français ( pour mémoire le Mazda CX-5 )! Une version optimisée avec des émissions de CO2 de 114 g/km est même prévue par la suite… Alors, à quand l’hybride ? et la question n’est pas si stupide lorsqu’on se souvient qu’au départ on nous avait juré que jamais les Dacia n’auraient les moteurs Renault dernier cri sous leur capot !

Relisez notre article sur la Dacia Sandero une offre à part

Auteur de l’article : N.S Carideal

Depuis tout petit fan d'automobile. Il est question d'essayer et de comparer toutes ces voitures qui nous ont fait réver, avant que celles-ci ne devient uniquement des voitures de collection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.