Essai Jaguar F TYPE Coupé V6 S

Essai Jaguar F TYPE Coupé V6 S

Essai Jaguar F TYPE COUPE V6 S 380 ch
Essai Jaguar F TYPE COUPE V6 S 380 ch

Essai Jaguar F TYPE Coupé V6 S 380 CH : Une ligne à se damner, une sonorité enivrante, de réelles qualités dynamiques, le tout enrobé d’un tarif loin de crever le plafond… Porsche 911, voici ton pire cauchemar!

Il semble loin, le temps où Jaguar commercialisait la X-Type, une familiale bâtie sur des éléments… de Mondéo. Passée du giron de Ford à celui de Tata en 2008, la marque anglaise a retrouvé son identité, décuplé ses ventes mondiales (+44% entre 2012 et 2013), et construit un plan offensif pour 2015 : familiale premium d’un côté (XE), luxueux SUV de l’autre (CX-17). Dans cette conquête de nouveaux clients, la F-Type Cabriolet a joué un rôle précieux: 75% de
ses acheteurs n’avait jamais possédé de Jaguar auparavant. Un chiffre qui grimpera à 90% sur
cette carrosserie coupé, encore plus désirable et 7000€ moins chère à motorisation égale. De
quoi gommer l’effrayant malus…
Nous ne pensions pas la chose possible, mais le coupé sublime encore les atouts du cabriolet: la ligne perd en finesse ce qu’elle gagne en agressivité. Le coffre devient bien plus logeable, avec 1301 de contenance supplémen­taire. Le petit habitacle, toujours limité à deux places, peut s’égayer d’un pavillon vitré. Enfin, la rigi­dité de sa coque en alu (qui ser­vira aussi à la berline et au SUV ) croît de 80%. Seule déception ? Le faible gain de poids, limité à 20 kg seulement Mais à dire vrai, entre l’agilité du châssis et la vigueur du V6 de 380 ch, jamais nous n’avons eu l’impression de mouvoir un matou obèse…

Voix d’opéra pour le V6 pour cet essai Jaguar F Type

Suralimenté par un compresseur, le V6 S présente un caractère plu­tôt digne d’un bloc atmosphé­rique. La poussée demeure gra‑
duelle au fil des tours/minutes possède une bande-son terriffiante: du doux feulement à bas régime au cri aigu près de la zone rouge, sa voix envahit l’habitacle sans même devoir presser la touche sport de l’échappement actif (option à 240 €). Dans ce der­nier mode, les silencieux ajoutent des crépitements à la décéléra­tion, et la sonorité encore décu­plée confine à l’auto de course ! Sur ce point, la F-Type n’a rien à envier à une Porsche 911 et d’ail­leurs, en matière d’équilibre non plus. Sur route lisse, la Jaguar s’ins­crit sans délai en virages, maîtrise parfaitement son roulis et en res­sort efficacement grâce à son dif­férentiel autobloquant mécanique de série. Par rapport à l’allemande, l’amortissement pourtant piloté contient moins bien les mouve­ments de caisse sur les bosses, et la boite automatique à huit rap­ports demeure un peu moins réactive (robotisée à double embrayage sur la 911). De menus défauts envolés à la seconde où l’on se penche sur la ligne, l’agré­ment de conduite… voire le prix.

Bilan essai Jaguar F TYPE.

À 79300€, la F-Type V6 S s’affiche 27500€ moins chère qu’une 911 Carrera S PDK. Une quasi-affaire donc, bien que l’anglaise singe aussi l’alle­mande dans ses travers: clima­tisation bizone, régulateur de vitesse, détecteur de pluie, Bluetooth, tout est à cocher en option. Mais l’acheteur en prend conscience une fois ins­tallé face au bureau du ven­deur, Donc, après l’essai Jaguar F Type, quand il est déjà trop tard.

Auteur de l’article : Nicolas SCHIAVON

Je tombé tout petit dans la marmite automobile. Ayant eu un garage de marque automobile, mandataire automobile de la première heure dès 1999. J'ai pu essayer beaucoup de voitures très différentes et ayant eu personnellement quelques belles autos, Subaru Impreza, Mitsubishi Lancer Evo 7, Porsche 911, Ferrari Testarrossa, Audi RS3, RS4 et j'en passe...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.