Jeep Renegade Renégat mais fidèle

Jeep Renegade 4x4
Jeep Renegade 4×4

Jeep Renegade Renégat mais fidèle


Malgré une plateforme partagée avec la 500X et des moteurs issus du groupe Fiat, le Renegade par­vient à se démarquer en affirmant sa personnalité de Jeep. Ce vrai 4×4 bourré de détails amusants se montre vite attachant.

Un randonneur escalade la lunette arrière tandis qu’une Willys grimpe dans l’angle du pare-brise. Dans la trappe à carburant, une araignée vous interpelle par un « Hey, baby ! » jovial. Un motif en forme de large croix se retrouve un peu partout, notamment sur les optiques arrière, et rappelle les jerrycans por­tés par les premières Jeep de l’armée amé­ricaine. À n’en pas douter, les designers du Renegade s’en sont donnés à coeur joie pour lui distiller une personnalité propre, fière de son héritage. Impossible de le confondre avec une Fiat 500X avec qui il partage pourtant la même plateforme. Même la finition parvient à surprendre par sa qualité générale, surtout lorsqu’elle est rehaussée par l’ambiance in­térieure blanc-chocolat-orange qui rend l’ha­bitacle lumineux et convivial. En revanche, l’aspect pratique a largement été négligé : les rangements font défaut et l’espace aux jambes demeure réduit, même à l’avant. Le Renegade emprunte évidemment ses motorisations au groupe Fiat, avec des blocs es­sence et diesel allant de 110 à 170 ch, qui s’accouplent avec des boîtes manuelles (cinq ou six rapports), automatiques (neuf) ou robo­tisées à double embrayage (six). Pour afficher un tarif « publicitaire » de 18 950 €, le Rene­gade ouvre sa gamme avec un 1,6 I essence de 110 ch, une boîte manuelle à cinq rapports et une transmission deux roues motrices. Mais pourquoi se mentir ? Même si elle est sédui­sante, ce serait une hérésie que d’acheter une Jeep uniquement pour sa ligne. La transmis­sion intégrale 4×4 est d’autant plus incontour­nable qu’elle assure un comportement égal du Renegade en toutes conditions. Toutefois, cette montée en gamme s’accompagne d’une augmentation brutale de tarif puisque le Re­negade 2,0 I MultiJet de 140 ch coûte déjà 29 850 € avec un niveau de finition intermé­diaire, sans option.

Mais le Renegade sait y faire. Comme la fini­tion, l’insonorisation surprend agréablement : là où on attendait une présence rauque, sous couvert d’« authenticité » ou de « rustici­té », le bloc diesel se fait discret dès qu’on adopte un rythme régulier. Les 140 ch ne sont pas de trop pour animer la tonne et demie du Renegade et la boîte manuelle à six rap­ports permet de contenir les consommations à régime stabilisé sans pénaliser les reprises.

Dans sa déclinaison 170 ch, le 2,0 I Multijet se distingue surtout par sa boîte automatique à neuf vitesses qui accentue encore ces qualités. Curieusement néanmoins, le Renegade n’inspire pas toujours confiance à l’abord de virages serrés, alors que sa tenue de route sa stabilité lui assurent un comportement sain et prévisible. La faute en revient à la direction imprécise qui, bien que directe dan réponse, ne parvient pas à donner un ressenti fidèle de la route. A contrario, l’amortisser ne filtre aucun des défauts du revêterric même sur autoroute, on peut sentir le plancher vibrer !
Il n’empêche que le Renegade, par son coté original et attachant, représente un pari réussi pour Jeep, assez loin de la tendance à l’uniformisation qui a grand cour aujourd’hui.

Auteur de l’article : Nicolas SCHIAVON

Je tombé tout petit dans la marmite automobile. Ayant eu un garage de marque automobile, mandataire automobile de la première heure dès 1999. J'ai créé ses premiers site de vente de voiture et blog automobile dès 1994. J'ai pu essayer beaucoup de voitures très différentes et ayant eu personnellement quelques belles autos, Subaru Impreza, Mitsubishi Lancer Evo 7, Porsche 911, Ferrari Testarrossa, Audi RS3, RS4 et j'en passe...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.