Le moteur le plus petit de BMW

bmw-moteur-3-cylindres-1-5-litre.jpeg

Le plus petit moteur de BMW

Diminution des émissions polluantes oblige, le moteur à trois cylindres est en vogue chez les constructeurs automobiles. BMW, qui a bâti sa popularité avec ses blocs six cylindres en ligne, lancera son « trois pattes » en 2014… Les temps changent. Moteur EB chez PSA, Ecoboost pour Ford, TCe 90 pour Renault.. le trois cylindre à essence n’est pas une nouveauté, mais connaît une admiration sans précédent. Ses avantages, faibles consommations ( d’ou émissions de CO2 réduites ), encombrement et poids réduits l’ont remis en selle. Si certains marques comme Opel ou Volkswagen l’ont déjà adopté, c’est la première fois qu’un constructeur de haut de gamme se penche sur son cas. Qui aurait cru il y a 20 ans, que les motoristes de BMW se lanceraient dans cette voie ? D’une cylindrée de 1.5 l et offrant une puissance de 122 à 204 ch, le trois-cylindres BMW recevra les dernières technologies internes baptisées TwinPower Turbo. Il s’agit de l’injection directe, du système de calage variable de la distribution (Vanos), de l’actionnement variable des soupapes (Valvetronic) et du turbo à géométrie variable et à double entrée TwinScroll.

Un bon début?

Un an avant sa mise en production une BMW série 1 équipée de ce 3 cylindres de 1.5 l de cylindrée dans l’une de ses versions la plus puissante (177 ch). Malgré un court essaie et qu’il ne soit encore qu’à l’état de prototype, les performances nous sont apparues encourageantes : absences de vibrations et de balancements grâce à l’arbre d’équilibrage, tant au ralenti qu’à l’accélération, et aucune force d’inertie.Réputé pour la sonorité de ses six-cylindres, BMW ne pouvait faire l’impasse sur le plaisir auditif de son dernier né. Ici, le soin apporté porte ses fruits grâce, notamment, au travail réalisé à l’échappement. La fréquence du bruit d’admission et d’échappement augmente deux fois plus vite sur un trois-cylindres que sur un quatre cylindres, l’envie de monter en régime est donc indéniable. Le BMW série 1 équipé du 3 cylindres développait une puissance de 177 ch au régime de 5000 tr/min pour un couple de 270 Nm. Ce dernier, disponible dès 1400 tr/min, permet des relances éclairs dès les plus bas régimes, ce qui laisse augurer d’une utilisation agréable en ville. Les montées en régime sont franches, et le moteur ne s’essouffle guère à l’approche de la zone rouge. Ce trois cylindres fait preuve d’une réelle souplesse et d’un bel agrément. BMW mise sur la cylindrée unitaire unique : le volume de chaque cylindre est fixé à 500 cm3, qu’il s’agisse d’un moteur à trois, à quatre, à six ou à huit cylindres. Le trois cylindres présente donc une cylindrée de 1.5 l, le quatre-cylindres de 2 l, le six-cylindres de 3 l et le futur huit-cylindres de 4 l. En essence, la puissance et le couple évoluent respectivement de 41 ch à 68 et de 60 Nm à 90 Nm ( entre 27 ch et 61 ch, et entre 75 Nm et 100 Nm pour le diesel par cylindre). Cette orientation technique va permettre de partager nombre d’éléments. Ainsi, l’entraxe des cylindres, le carter en aluminium, les arbres d’équilibrage, la disposition des chaînes de distribution et la conception des vis de culasse seront communs. La part des composants équivalent peut atteindre 60% sur les moteurs fonctionnant avec le même carburant, et environ 40% entre les moteurs à essence et diesels.

A lire aussi notre article sur la présentation de la nouvelle série 1 de BMW

Auteur de l’article : N.S Carideal

Depuis tout petit fan d'automobile. Il est question d'essayer et de comparer toutes ces voitures qui nous ont fait réver, avant que celles-ci ne devient uniquement des voitures de collection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.