Citroen DS5 Hybrid4 des sensations uniques

 

Essai Citroen DS5 Hybrid4 des sensations uniques

Citroen DS5

D’ordinaire, l’essai d’une nouvelle voiture com­mence par la découverte de ses lignes, puis de son habitacle ; une rencontre progressive, une prise de contact graduelle. Mais pas aujourd’hui…Face à la Citroën DS5 garée devant nous, le sentiment qui domine est l’impatience : pour la première fois, il est possible de conduire un modèle hybride dont le moteur thermique est un diesel, et l’envie de savoir tout de suite comment fonctionne cette alliance inédite est trop forte. On nous avais promis que nous allions être surpris…. Pas question d’attendre donc I Pas besoin de clé, le démarrage se fait par une simple impulsion sur le bouton Start du tableau de bord, le voyant Ready s’allume accompagné d’un signal sonore, qui est d’ailleurs le seul bruit que l’on puisse entendre : nous sortons du parking en mode « zéro émissions (ZEV) qui assure une propulsion 100 % électrique.

Très vite, l’impatience laisse la place à un étonnement qui croît au fil des kilomètres : sur la corniche, sous le soleil azuréen, la circulation se déroule en accordéon, imposant des freinages et des accélérations successifs pour se maintenir dans le flot. Après quelques kilomètres, un dis­cret frémissement, relayé par les informations affichées au tableau de bord, nous avertit que le moteur HDi est entré en action. De manière parfaitement naturelle, le mode Auto a pris le relais ; au fil de notre trajet, il alterne sans cesse le fonctionnement des sources de puissance entre moteurs thermique et électrique de la voiture (voir premier paragraphe) pour optimiser la consommation d’énergie en temps réel, toujours de manière insensible, fluide.

La sophistication du système Hybrid4 aurait pu laisser croire qu’un temps d’adaptation, voire un changement complet de style de conduite, seraient nécessaires, comme parfois sur d’autres véhicules hybrides : il n’en est rien et, très vite, le seul signe perceptible de l’hybridation est le passage du blanc au bleu de la vitesse indiquée par l’affichage tête haute. Le disposi­tif opère en toute discrétion et laisse le champ libre à une conduite intuitive, détendue, épanouie.

Essai citroen DS5 Hybrid4

Citroen DS5

Alors seulement, il est possible de se rendre compte que c’est l’ensemble de la voiture qui participe à cette sen­sation d’épanouissement : la position de conduite et l’envi­ronnement sont ceux d’un coupé luxueux et sportif, la fini­tion d’un raffinement rare, la qualité de fabrication d’autant plus convaincante que le faible niveau sonore rend particu­lièrement exigeant sur ce point. Un des bruits les plus pré­sents à bord est le doux crissement du cuir « bracelet de montre des sièges lorsqu’on s’y cale… Petit à petit, il devient possible de mesurer à quel point chaque détail compte, et à quel point il a été pensé avec soin pour aboutir à une expérience doublement inédite : conduire le système Hybrid4 est une révolution. Conduire une Citroën DS5 aussi. Quant à conduire une DS5 Hybrid4, c’est, tout sim­plement, éprouver des sensations jusque-là inconnues. Le caractère exclusif et luxueux de la ligne DS atteint ici une nouvelle dimension. Son caractère dynamique aussi.

En effet, il suffit de hausser le rythme pour comprendre que, là encore, le plaisir est au rendez-vous. Le comporte­ment routier s’inscrit dans la droite ligne des Citroën DS3 et DS4 : facile, sécurisant et en même temps d’une grande précision, il met parfaitement en valeur le brio de la techno­logie Hybrid4, qui dispose aussi d’un mode Sport.

A l’accélération, celui-ci utilise au maximum le moteur électrique en appoint du moteur HDi. Avec au total pas moins de 200 chevaux, et surtout des reprises particulière­ment vigoureuses: le couple du moteur électrique est à son maximum dès le démarrage, et celui du moteur thermique vient aussitôt le relayer, propulsant très vite la DS5 Hybrid4 vers le premier virage. Propulsant, et non pas tractant, car son châssis possède une particularité : le moteur électrique entraîne les roues arrière, qui sont guidées par un train mul­tibras spécifique.

Lorsque les deux sources de puissance sont utilisées simultanément, l’auto devient donc une 4 roues motrices, avec un équilibre exceptionnel et la faculté de privilégier l’adhérence à basse vitesse quand les conditions deviennent difficiles, en cas de neige ou de verglas par exemple. Sur une voiture conventionnelle, le châssis permet d’exploiter le moteur. Ici, l’un et l’autre sont indissociables, au service d’un plaisir permanent.

DS5 Hybrid4

Citroen DS5 Hybrid4

Permanent et partagé, car l’habitacle de la DS5 est une véritable invitation au voyage. Il accueille cinq personnes dans un écrin moderniste et luxueux, inspiré de l’aéronau­tique : à l’ambiance « cockpit e autour du conducteur, et en particulier aux basculeurs et commandes de pavillon, s’ajoute celle, évocatrice d’un jet privé, qui prend soin des passagers. À un détail près : les surfaces vitrées de la DS5, qui comporte trois puits de lumière sur le pavillon, sont infiniment plus généreuses que des hublots. À travers elles, le paysage défile, dans le silence et le raffi­nement. Et dans le respect de l’environnement : car la DS5 Hybrid4 n’émet que 99 g/km de CO,. Un résultat incroyable, surtout au regard de sa taille et de ses perfor­mances, à tel point qu’on aurait presque oublié de le mentionner, tant le plaisir pris à bord est exceptionnel.

Estimation prix voiture

Auteur de l’article : N.S Carideal

Depuis tout petit fan d'automobile. Il est question d'essayer et de comparer toutes ces voitures qui nous ont fait réver, avant que celles-ci ne devient uniquement des voitures de collection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.