Le carrossier Karmann ferme faute de commande

Le carrossier Karmann se met en faillite faute de commande

Le fameux carrossier Allemand Karmann a sortie le dernier Cabriolet de ses chaines le 22 Juin ; en effet son carnet de commande est désespérement vide dans cette conjoncture morose.

En dépot de bilan l’activité fabrication de voiture disparait : il se pourrait qu’il conserve l’activité de conception ingénierie.

La société à l’origine de la voiture biplace classique Karmann Ghia et des générations de décapotables est devenue la dernière victime de la crise de l’industrie automobile mondiale. Alors que la nouvelle se faisait jour aujourd’hui, les travailleurs de Daimler protestaient à Berlin contre le travail à court terme et d’autres mesures d’économie de coûts dans l’entreprise.

Karmann ne peut plus payer son programme de licenciements

Wilhelm Karmann, basé à Osnabrück, a déclaré qu’il demandait la protection de la loi sur les faillites parce qu’il ne pouvait pas se permettre de payer un énorme programme de licenciement. Il a imputé le fort ralentissement de la demande de voitures.

Karmann, un constructeur automobile indépendant qui a construit l’Audi A4 cabriolet, travaille actuellement sur un plan de restructuration pour sauver les emplois de ses 7 000 salariés dans le monde.

« La simple baisse inattendue des revenus a conduit à l’incapacité de financer le plan social convenu avec les représentants syndicaux », a déclaré la société, qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros.

Karmann existe depuis 1901 et a construit la décapotable Volkswagen Beetle, suivie par la VW Karmann Ghia, une décapotable à deux sièges, surbaissée attachée au châssis de la Beetle tout usage qui a été fabriqué de 1951 à 1976. Il a plus tard construit les versions de la Ford Escort et Renault 19 cabriolet.

Karmann a développé le toit rigide rétractable introduit avec la Mercedes-Benz SLK avant que l’idée ne soit copiée par les concurrents.

Il a présenté un plan de restructuration en septembre, mais la détérioration des finances a rendu la société incapable de payer une vague de 2 240 licenciements, soit la moitié de ses effectifs allemands. Une tendance à l’externalisation de la production chez les grands constructeurs a coûté cher à Karmann.

Un porte-parole a expliqué que les opérations se poursuivraient comme avant puisque la société n’avait pratiquement aucune dette bancaire, mais que Karmann était obligé de déposer une demande d’insolvabilité en vertu du droit allemand, ne pouvant pas payer le plan de licenciement.

Les employés d’un autre constructeur automobile en crise, Daimler, sont descendus dans les rues de Berlin aujourd’hui pour protester contre le chômage et le travail à temps partiel, avertissant l’entreprise de mesures supplémentaires visant à réduire les coûts.

Avant la réunion annuelle de Daimler à Berlin, les travailleurs portant des masques en carton du PDG, Dieter Zetsche, portaient des boîtes de collecte alors qu’ils protestaient contre des réductions de salaire pouvant atteindre 14% pour les 73 000 employés. On leur demande également de réduire leur semaine de travail de cinq heures maximum.

Les mesures ont été décrites la semaine dernière pour économiser 2 milliards d’euros en coûts de personnel. Daimler n’a annoncé aucun licenciement.

Le constructeur automobile a également mis 50 000 ouvriers au chômage partiel sur ses lignes de production automobile et prévoit la même chose pour 18 000 autres travailleurs pour les véhicules utilitaires après Pâques.

Lors de la réunion, Zetsche a averti de moments plus difficiles à venir. Il a déclaré que Daimler était prêt à prendre « toutes les mesures nécessaires » après avoir prédit une baisse « significative » de ses revenus dans toutes ses divisions automobiles cette année.

« En 2009, l’économie mondiale se contractera pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale », a-t-il déclaré à quelque 7 000 actionnaires. « L’industrie automobile n’a pas provoqué cette crise, mais elle ressent tout son impact et les fournisseurs et les concessionnaires souffrent autant que les constructeurs. En fin de compte, personne ne sera épargné. »

Daimler fait face à une « perte significative » pour le premier trimestre, mais s’attend à une amélioration progressive au cours de l’année. La demande de voitures Mercedes-Benz, de Smart biplace et de gros camions a baissé. Les ventes mondiales de Daimler ont diminué de 23% au cours des trois premiers mois de l’année. Le groupe a vendu 244 800 voitures, contre 318 000 il y a un an.

Daimler a déclaré que cela passerait avec une gestion des coûts rigide et des coûts de main-d’œuvre réduits. Les cadres ont réduit leurs salaires de près de 30% et les frais de déplacement et de conseil aux entreprises ont également été réduits.

« Nous avons l’intention de rester une entreprise solide également en période de marchés faibles », a déclaré M. Zetsche. « Bien que la crise nous oblige à réduire nos coûts partout où nous le pouvons, nous ne compromettons pas notre avenir en réduisant les investissements essentiels. »

La société prévoit également de réduire son dividende de 70% à 0,60 euro par action.

Le gouvernement allemand vient d’élargir son programme de mise à la casse des voitures extrêmement populaire à 5 milliards d’euros contre 1,5 milliard d’euros. Le nouveau niveau de financement couvrira 2 millions de voitures, contre 600 000 précédemment.

La prime de 2 500 euros accordée aux personnes qui vendent leur ancienne voiture pour un nouveau modèle plus écologique a été lancée fin janvier pour dynamiser le marché automobile. Le nombre de demandes pour le régime a déjà dépassé 1,2 million. Mais Zetsche a mis en garde contre une baisse des ventes de voitures une fois le projet terminé.

Heuliez le carrossier Francais est dans la même situation, le tribunal de commerce de Niort devrait décider de la reprise ou de la liquidation pur et simple de l’entreprise. Il faudrait 45 millions d’euros pour remettre l’entreprise à Flot, deux repreneurs sont intéressés par les projets de voitures électriques d’HEULIEZ.

Auteur de l’article : Nicolas SCHIAVON

Je tombé tout petit dans la marmite automobile. Ayant eu un garage de marque automobile, mandataire automobile de la première heure dès 1999. J'ai créé ses premiers site de vente de voiture et blog automobile dès 1994. J'ai pu essayer beaucoup de voitures très différentes et ayant eu personnellement quelques belles autos, Subaru Impreza, Mitsubishi Lancer Evo 7, Porsche 911, Ferrari Testarrossa, Audi RS3, RS4 et j'en passe...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.