Nicolas Schiavon interviewé par France Bleu

Nicolas Schiavon interviewé par France Bleu

France Bleu a interviewé Nicolas Schiavon président de Schiavon-sa et Carideal lors de son journal de 12H30, consacré à la crise automobile. Cet entretien avec le rédacteur en chef d’auto moto, stigmatisait les effets de la crise sur le marché automobile.

Nicolas Schiavon interviewé par France Bleu
Nicolas Schiavon interviewé par France Bleu

Si l’on prend l’origine du malaise remonte au grenelle de l’environnement et au début du bonus malus CO2. Depuis un mois les Français, à force que les médias leur rabâchent que tout val mal, sont dans une position attentiste, couplé à la saisonnalité du mois de décembre, les ventes de voitures sont au plus bas. Tout le monde attend les futures dispositions du gouvernement.

Les constructeurs automobiles mondiaux frappés par la crise financière en 2008

Sur presque tous les marchés, à un moment donné en 2008, les constructeurs automobiles ont été confrontés à un problème similaire : une pénurie d’acheteurs qui gardent leurs liquidités pour se protéger d’une éventuelle perte d’emploi ou qui sont incapables d’obtenir des prêts auprès de banques craignant l’effondrement.

Bilan de l’année 2008

Une crise financière qui a pris naissance à partir des problèmes de l’année précédente sur le marché américain des prêts hypothécaires à risque s’est répandue comme un nuage toxique, englobant pratiquement toutes les grandes économies en 2008 – menaçant même la stabilité de certaines institutions financières de premier ordre et semant la pagaille dans l’industrie automobile mondiale.

Sur presque tous les marchés, à un moment ou à un autre de l’année, les constructeurs automobiles sont confrontés à un problème similaire : une pénurie d’acheteurs qui gardent leurs liquidités pour se protéger d’une éventuelle perte d’emploi ou qui sont incapables d’obtenir des prêts auprès de banques craignant l’effondrement.

Même le soutien des gouvernements aux institutions financières en difficulté aux États-Unis, en Europe et ailleurs n’a pas pu libérer les banquiers de leur emprise sur leurs liquidités.

Si l’on ajoute à cela une troisième année de flambée des prix du carburant en été, la baisse des ventes qui en résulte conduit un certain nombre de grands constructeurs automobiles à demander l’aide du gouvernement, et au moins deux d’entre eux se battent pour leur survie d’ici la fin de l’année.

General Motors Corp., ancien leader de l’industrie automobile, est non seulement battu par son rival japonais Toyota Motor Corp. pour la deuxième année consécutive, mais il n’échappe que de justesse à la faillite grâce à une injection de fonds de fin d’année du Trésor américain. Et cette aide ne vise qu’à maintenir GM à flot en 2009, alors qu’elle tente de se réorganiser et de s’amincir.

En Allemagne, la filiale de GM Adam Opel AG demande et reçoit une aide du gouvernement, mais en Suède, sa filiale Saab Automobile, en difficulté financière, est rejetée dans ses efforts pour obtenir une aide, ce qui a incité GM à entamer des démarches pour se séparer du fabricant de voitures de niche.

De même, la société allemande Daimler AG voit la valeur de sa participation minoritaire dans l’ancien partenaire Chrysler LLC diminuer alors que Chrysler se dirige vers un naufrage financier. Ce n’est qu’à la dernière minute que le constructeur automobile se voit accorder un sursis par le gouvernement américain, alors qu’il cherche à établir un lien avec le groupe italien Fiat Automobile.


Ford Motor Co. prend une décision apparemment fortuite au printemps 2008, en vendant ses activités Jaguar Cars Ltd. et Land Rover, en difficulté financière, à l’acheteur indien Tata Motors Ltd. Mais, en moins d’un an, Tata demande également au gouvernement britannique de soutenir ces activités, où elles continuent à être fabriquées

Même Toyota affirme qu’elle prévoit d’afficher sa première perte d’exploitation pour l’exercice financier se terminant le 31 mars 2009, tandis que Nissan Motor Co. Ltd. affiche sa première perte en dix ans.

Bien sûr, avec la baisse des ventes sur les principaux marchés, il a fallu construire moins de véhicules.

La production mondiale de véhicules en 2008 a atteint 69 399 929 unités, soit une baisse de 4,1 % par rapport au record de 72 318 416 véhicules construits l’année précédente. Bien qu’elle reste la deuxième meilleure performance de l’histoire de l’industrie, elle sera difficile à reproduire en 2009, les constructeurs automobiles prévoyant une baisse significative des ventes sur les principaux marchés.

Nulle part ailleurs l’impact du ralentissement ne se fait sentir plus fortement qu’en Amérique du Nord, notamment aux États-Unis. Le volume de production nord-américain a baissé pour une troisième année consécutive pour atteindre 12 923 276, soit quelque 2,5 millions d’unités de moins que les 15 426 345 véhicules construits en 2007 et 26 % de moins que les 16 254 346 construits en 2004, la dernière année de croissance de la région.

Cette baisse est en grande partie due à une diminution de 24,7 % de la production de Trucks – Pick-up en 2008 par rapport à 2007, et de 32 % par rapport au record de plus de 9,9 millions de véhicules établi en 2004. Derrière l’absence de demande se cachent des consommateurs américains inquiets, qui se défont de leurs 4×4 et de leurs pick-ups jadis très appréciés, face à des prix du carburant record qui approchent les 5 dollars le gallon dans la plupart des régions du pays et les dépassent dans d’autres.

Le ralentissement de la demande de camionnettes légères en Amérique du Nord est un facteur majeur dans la réduction de la production mondiale de véhicules commerciaux en 2008, qui a atteint son niveau le plus bas en six ans, soit 19 375 472 unités, ce qui représente une baisse de près de 3,6 millions d’unités, ou 15,6 %, par rapport au record de 22 973 825 unités construit en 2007.


La part de l’Amérique du Nord dans la production mondiale de véhicules en 2008 est tombée à 18,6 %, contre 21,3 % l’année précédente et 23,2 % en 2006. Au plus fort du boom des camions, les usines nord-américaines produisaient 25,5 % des véhicules du monde en 2004.

En Amérique du Nord, seul le Mexique, grand fournisseur de petites voitures soudainement demandées par les consommateurs américains, construit plus de véhicules en 2008 que l’année précédente, soit une hausse de 3,5 %. Dans le même temps, la Chine dépasse pour la première fois les États-Unis en termes de production totale de véhicules de 9,6 %, en construisant près de deux fois plus de voitures que les États-Unis, mais 35 % de véhicules utilitaires en moins.

En Europe occidentale, où le Gallon d’essence à 5 dollars semble être une bonne affaire, la production chute dans tous les pays producteurs de véhicules, car l’effondrement financier rattrape les marchés au second semestre de l’année. Les baisses vont de 33,8 % en Autriche, où les volumes sont faibles, à 20,3 % en Italie et 0,6 % au Portugal.

En Allemagne, le marché à fort volume du continent, la production de véhicules n’a baissé que de 2,7 % en 2008, tandis que la France affiche une baisse de 14,9 % et l’Espagne de 12,0 %. Au total, la production de véhicules en Europe occidentale a diminué de 9,4 % en 2008, contre une hausse de 2,1 % en 2007, et sa part dans le total mondial tombe à 22,1 %, contre 23,4 % en 2007 et 24,1 % en 2006.

L’Europe centrale et orientale est l’une des trois régions dans lesquelles la production de véhicules augmente en 2008, bien qu’à un taux inférieur à la moitié de celui de l’année précédente, soit 6,9 % contre 19,0 %. Le gain le plus important dans ce domaine est de 20,4 % en Pologne, avec un record de 944 500 assemblages, tandis que la production en Turquie augmente de 4,3 %, pour atteindre un record de 1 147 110 unités.

La production de 30 729 218 véhicules en Asie / Pacifique, la région du monde où le volume est le plus élevé, représente une maigre augmentation de 1,4 % par rapport aux 30 290 383 unités de l’année précédente. Mais cela suffit à faire passer la part de la région de 41,9 % en 2007 à 44,3 %. Le Japon, premier pays producteur en 2008, est en tête avec 11 563 629 unités, soit une baisse de 0,3 % seulement par rapport aux 11 596 327 unités de 2007. Sa part de la production mondiale est passée de 16,0 % à 16,7 %, un exploit qui ne se reproduira probablement pas en 2009.


L’Amérique du Sud figure également sur la liste des gagnants en 2008, la demande brésilienne ayant bien résisté pendant une grande partie de l’année, avant de s’essouffler au quatrième trimestre. En conséquence, les usines brésiliennes ont produit un nombre record de 3 220 475 voitures et camions en 2008, soit une hausse de 8,4 % par rapport à l’année précédente, bien que bien inférieure à la hausse de 13,8 % observée en 2007.

La production combinée du Brésil et de l’Argentine a augmenté de 8,6 % en 2008. Bien que cette hausse soit bien inférieure à celle de 15,5 % enregistrée l’année précédente, elle équivaut néanmoins à une part de 5,5 % de la production mondiale, contre 4,9 % en 2007, le Brésil passant du septième au sixième rang mondial.

Aussi mauvaise que soit l’année 2008 pour l’industrie, avec une année 2009 qui semble encore plus sombre, de nombreux constructeurs automobiles du monde entier souhaiteraient sans doute pouvoir rééditer leurs performances de 2008.

Articles similaires

CONCLUSION

En ces temps difficiles où l’argent compte plus que jamais, et que le budget automobile, toutes taxes comprises est important dans les comptes mensuels d’un ménage, Un mandataire auto comme Carideal est le bienvenu. L’économie à l’achat d’une voiture allant jusqu’à 40%, les ménages font de sacrés économies et réduisent leur coût d’acquisition de leur voiture.

Il est bon de se tourner vers un site de vente de voiture en ligne.

Estimation prix voiture

Auteur de l’article : N.S Carideal

Depuis tout petit fan d'automobile. Il est question d'essayer et de comparer toutes ces voitures qui nous ont fait réver, avant que celles-ci ne devient uniquement des voitures de collection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.