Tata arrête le chantier de l’usine de l’auto la moins chère du monde la Nano

Tata arrête le chantier de l’usine de l’auto la moins chère du monde la Nano

Le premier groupe automobile indien, Tata, qui devait commercialiser dès octobre sa Nano produite à Singur au Bengale et vendue 2.500 dollars, envisage maintenant de délocaliser la production ailleurs en Inde.

L’usine de Singur était fermé depuis vendredi après que des dizaines de milliers de manifestants eurent encerclé le site industriel le la future voiture la moins chère du monde, la Nano pour protester contre la réquisition de leurs terres agricoles.

Tata arrête le chantier de l'usine de l'auto la moins chère du monde la Nano
Tata arrête le chantier de l’usine de l’auto la moins chère du monde la Nano

Kolkata : Tata Motors Ltd a cessé les travaux de son usine de petites voitures à Singur car elle trouve la situation «intimidante » autour de cette usine et étudie des options alternatives pour fabriquer cette voiture dans ses autres installations, a annoncé la compagnie dans un communiqué mardi soir.

En plus de modifier l’image de l’état du Bengale occidental sous domination communiste, où se trouve Singur, cette décision pourrait également retarder le lancement de la voiture dite populaire, la Tata Nano.

Plusieurs États indiens, notamment l’Haryana, et le Sri Lanka ont invité Tata Motors à installer l’usine pour la fabrication de la Nano, dont un modèle sera facturé à 1 000 roupies dès sa sortie des chaînes de montage de la société.

La déclaration de Tata Motors, qui a également indiqué que la société préparait un plan détaillé pour déplacer l’usine et les équipements sur un autre site et que ses fournisseurs arrêtaient également les travaux de leurs usines de Singur, a été lancée alors même que le Bengale occidental se démenait pour trouver une solution.

Le Bengale occidental a acheté des terres à des agriculteurs pour le projet Tata Motors et l’opposant politique du gouvernement, le Congrès de Trinamool, a prétendu que ces terres avaient été acquises par la force dans certains cas. Bien que la question remonte à septembre 2006, elle a de nouveau éclaté ces dernières semaines avec les déclarations de Tata Motors et de la présidente du Congrès de Trinamool, Mamata Banerjee. Le directeur général de Tata Motors, Ravi Kant, et le président, Ratan Tata, ont précédemment déclaré que la société, malgré un investissement de 1 500 crores de roupies, déplacerait l’emplacement de l’usine si elle ne pouvait pas garantir la sécurité de ses employés.

La réponse de Banerjee va de l’indifférence face au destin de l’usine automobile à la suggestion de réduire de moitié le nombre de terrains cédés à la société par Singur en transférant les usines de ses fournisseurs ailleurs. Il y a dix jours, le Congrès de Trinamool a organisé un sit-in à Singur, exigeant la restitution de 400 acres des 1 000 acres offerts à Tata Motors.

Des militants du "Comité Krishi Jami Raksha" (KJRC) dirigé par le Congrès de Trinamool incendient une effigie de l'ambitieuse voiture populaire "Nano" de Tata Motors lors d'une manifestation à Singur, où la construction de l'usine automobile Nano est stopé, à une trentaine de kilomètres au nord de Kolkata, le 10 janvier 2008.
Des militants du « Comité Krishi Jami Raksha » (KJRC) dirigé par le Congrès de Trinamool incendient une effigie de l’ambitieuse voiture populaire « Nano » de Tata Motors lors d’une manifestation à Singur, où la construction de l’usine automobile Nano est stopé, à une trentaine de kilomètres au nord de Kolkata, le 10 janvier 2008.

La déclaration de mardi de Tata Motors a été faite alors même que le gouvernement de l’Etat, en particulier le ministre en chef Buddhadeb Bhattacharjee, tentait de parvenir à un accord sur l’investissement le plus important que le Bengale occidental ait attiré au cours des dernières décennies.

Mardi, après que la société ait publié sa déclaration, le ministre principal a répondu par une de ses propres déclarations, selon laquelle le gouverneur de l’état, Gopalkrishna Gandhi, pourrait jouer un rôle de médiateur dans le conflit. Le Congrès de Trinamool a demandé l’implication du gouverneur dans le règlement du problème.

«Ce n’est pas mon problème qu’ils partent ou restent. Je maintiens toujours qu’ils sont les bienvenus pour installer l’usine ici si le gouvernement restitue 400 acres aux agriculteurs « , a déclaré Banerjee. » C’est un jour triste pour l’État. Nous n’avions pas pensé que l’opposition pourrait être aussi irresponsable « , a déclaré le Bengale occidental. Nirupam Sen, ministre du Commerce et de l’Industrie

Si Tata Motors se retire de Singur, le lancement de la Nano risque d’être retardé d’au moins quelques mois, la société installant la chaîne de montage presque prête dans ses usines de Pune au Maharashtra ou de Pantnagar à Uttarakhand.

« Perdre une marque emblématique ne serait pas bon pour l’image de l’Etat en faveur des investissements », a déclaré Biswadip Gupta, directeur général de JSW Bengal Ltd.

« Nous aurions souhaité que le différend Singur entre Tata et les agriculteurs n’atteigne pas ce stade et je pense que cela n’aurait pas été le cas s’il y avait eu un dialogue meilleur et plus ouvert entre les investisseurs, le gouvernement et la communauté locale plus tôt », a déclaré Rajeev Chandrasekhar, président du lobby de l’industrie Ficci.


Agrandir le plan

Auteur de l’article : Nicolas SCHIAVON

Je tombé tout petit dans la marmite automobile. Ayant eu un garage de marque automobile, mandataire automobile de la première heure dès 1999. J'ai créé ses premiers site de vente de voiture et blog automobile dès 1994. J'ai pu essayer beaucoup de voitures très différentes et ayant eu personnellement quelques belles autos, Subaru Impreza, Mitsubishi Lancer Evo 7, Porsche 911, Ferrari Testarrossa, Audi RS3, RS4 et j'en passe...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.